Le 2 septembre dernier, les fans de TF1 ont pu suivre les 30 dernières années de la télé avec le programme « Les 50 émissions préférées des Français ». L’occasion de revenir sur le parcours de Vincent Lagaf’, présentateur du « Bigdil ». Un homme qui a changé de nom, et pas seulement pour prendre un nom de scène. nous vous donne tous les détails.

Vincent Lagaf’ fait partie des stars de la télé. Révélé en 1992 par l’émission « Yapaca » sur la 3, il a rapidement rejoint TF1 pour animer des programmes comme « L’Or à l’appel » puis le « Bigdil », avant de présenter « Crésus », le « Juste prix » mais aussi « Boom : gagner ne tient qu’à un fil ».
Lagaf’, figure de la télévision

Depuis son départ de la Une en 2016, il a travaillé sur C8, et travaillé sur Fort Boyard jusqu’en 2021. Le vrai nom de Vincent Lagaf’ est en fait Vincent Rouil. Son nom de scène vient de sa jeunesse. Ainsi, dans les années 80, il a passé un BEP de mécano-dieseliste et un CAP de soudeur avant de devenir animateur au Club Med.

Sur place, sa maladresse et ses gaffes lui permettent de gagner le surnom de « La Gaffe », un clin d’oeil à Gaston Lagaffe, le personnage de BD imaginé par Franquin. Pour des questions juridiques, Vincent Rouil raccourcit le surnom. Il devient officiellement Vincent Lagaf’. Ce côté maladroit, il l’a utilisé pour son personnage de Megagaf.
Lagaf’ ne s’appelle pas Vincent

Peu de gens connaissent l’explication autour du pseudo Lagaf’. C’est que Vincent n’est pas le prénom de naissance du célèbre présentateur. Ce dernier avait dit qu’il était né Franck, mais que sa mère biologique l’avait abandonné à la naissance.

Il avait parlé de cette histoire en 2005 dans « Attention à la marche », tandis que Jean-Luc Reichmann avait montré des photos de sa jeunesse : « Ces images, ce sont les premières qui ont été prises de moi après ma sortie de l’assistance publique. J’ai eu la chance d’être adopté par des personnes géniales. J’ai reçu d’eux beaucoup d’amour », indiquait Lagaf’.

« Hélas, mon regret, c’est que ma mère, morte en 1988, n’ait pas eu le temps de me voir arriver en haut de l’affiche. « Plus tard, dans « Salut les Terriens », il avait dit avoir retrouvé la trace de sa mère biologique : « J’avais besoin de savoir quel était le sang qui me coulait dans les veines. Je voulais connaître mon histoire, savoir pourquoi j’ai été à l’assistance publique. J’ai cherché, j’ai trouvé facilement. » Vincent Lagaf’ a pu échanger avec elle : « J’ai eu un contact pas vraiment agréable au premier abord, et puis lorsque j’ai expliqué au téléphone à la personne qui j’étais…»

Lors de leur rencontre, ils ont eu l’occasion de parler : « Elle a passé des heures à me raconter ce qu’il s’était passé. Je n’aurais pas voulu être à sa place, et je lui ai dit merci d’avoir eu le courage de me laisser à l’assistance. » Adopté par une famille, Franck est devenu Vincent Rouil, ensuite, Vincent Lagaf’. Dans les semaines et mois à venir,nous ne manquera pas de vous parler de l’actualité de Lagaf’.