Pas simple d’enseigner à des étudiants peu intéressés par sa matière ! Aussi, cette prof a cru bien faire…sauf qu’elle va provoquer un tsunami sans précédent !

Si elle avait su, cette prof n’aurait absolument pas voulu que son cours dégénère de cette manière. En tout cas, on ne parle plus que de ça !

Cette prof a-t-elle été trop loin ?

Quand on remonte dans nos souvenirs d’enfance, on réalise qu’on a toujours un prof plus marquant plus que les autres. Que ce soit sa manière d’enseigner sa discipline ou bien sa bienveillance, il reste ancré dans notre mémoire. Cependant, l’histoire qu’nous va vous raconter n’est pas commune. Alors qu’en France ce sont les élèves qui posent difficulté, dans le pays de l’oncle Sam, c’est l’inverse. Comment cette garante du savoir en est arrivée à ce point de retour ? Visiblement, en préparant son cours, elle n’avait pas anticipé le danger à vouloir jouer la carte de l’originalité. Sans plus attendre, nous vous raconter son histoire, mais aussi les différents points de vue de l’affaire. À vous de vous forger une opinion !

Quelle mouche a piqué cette prof ?

L’histoire de Candice Reed aurait pu rester banale. En effet, lorsque son étudiant la filme en train de réaliser son exposé de trigonométrie, tout le monde croit à une pièce de théâtre. On est bien longtemps du cours de mathématiques magistral ennuyant. En imitant de manière sommaire une prière amérindienne, elle n’imaginait pas que son établissement la sanctionne. Et encore moins que ses haters allaient se déchainer contre elle sur les réseaux sociaux.

Selon nos confrères de la chaine d’information en continu CNN, cette prof a même poussé la chansonnette avec des accessoires traditionnels. Ne parlons pas de sa chorégraphie. En piétinant le sol et faisant des gestes incompréhensibles pour ceux qui n’y connaissent rien, nous pose des questions. À l’instar de la direction de cet établissement secondaire, la rédaction a beau cherché elle n’établit toujours pas le rapport avec une formule de trigonométrie. Et vous cher lecteur ?

…et se finit en drame étalé sur la Toile !

Comme vous pouvez le voir dans l’extrait ci-dessus, elle aurait invoqué des dieux, et plus précisément ceux de l’eau et de la roche. Lorsqu’elle grimpe sur son bureau, les élèves se posent de sérieuses questions sur l’état mental de leur prof. A-t-elle perdu l’esprit ? Que cherche-t-elle à prouver, hormis à amuser la galerie ?

Une chose est sûre. L’auteur de la vidéo n’a pas le cœur à rire, bien au contraire. Interrogé depuis les faits, il nous raconte avoir ressenti une certaine « violence » en son encontre. Comme un malheur n’arrive jamais seul, nous tient à vous préciser que cet étudiant est amérindien. Pas évident donc pour lui d’accepter une telle mascarade venue de sa prof de maths. C’est pourquoi, pour témoigner de sa douleur à l’instant T, il s’octroie le droit de filmer afin que l’on puisse en juger de nos propres yeux. Depuis qu’elle est sur la Toile, on ne compte plus le nombre de partages et de commentaires. Le débat s’enflamme à la vitesse de la lumière. Sommée de réagir, la direction de l’établissement prend l’affaire très au sérieux !

Quand les autorités s’en mêlent !

Quelques heures après les faits, la Riverside Unified School District Administration publie un communiqué qui ne laisse pas de place au doute. Elle se range du côté des étudiants choqués et non pas de la prof. “Ces comportements sont totalement inacceptables et constituent une représentation offensante des vastes cultures et pratiques amérindiennes. Ses actions ne représentent pas les valeurs de notre district. » Très vite, elle prend la décision qui s’impose à elle comme une évidence. « L’enseignante a été mise en congé pendant que le district mène une enquête. » Enfin, elle tient à s’excuser et nous prouve sa bonne foi. Elle insiste le fait qu’elle ferait tout pour « regagner la confiance » de ceux ont perçu cette vidéo en tant que manque flagrant de respect envers leur culture. Pour l’heure, la concernée n’a pas encore réagi à son éviction. Sera-t-elle permanente ou temporaire ? Le débat reste entier… suite au prochain numéro !