Chez TPMP, les chroniqueurs commentent l’actualité. Après avoir interpellé un rappeur, Valérie Benaïm est devenue une cible de la Toile !

TPMP en danger !

Quand la situation vole en éclat

Comme nous vous le rapporte, L’équipe de TPMP a l’habitude de donner son avis sur ce qui fait débat. Ce jour-là, c’est le rappeur Freeze Corleone qui est au centre des attention. Les paroles de ses chansons ont fait l’objet de vives contestations. C’est pourquoi, même si elle tente de cacher sa colère, Valérie Benaïm va prendre la parole. Émue et choquée par ce qu’elle entend, elle ne supporte pas qu’on puisse attaquer sa communauté de façon aussi virulente. “Je vais essayer d’être très calme et de poser mes propos parce que les textes de ce garçon me touchent au cœur, parce que je suis de religion juive. Il parle de ma communauté et de l’humanité. (…) Je vais lui dire dans les yeux : ‘Tu n’es qu’une m*rd*.’ (…) Si j’écoute mon cœur, j’ai qu’une envie, c’est de censurer ce type et de lui dire ‘cache-toi parce que j’ai qu’une envie, c’est de te d*fonc*r’”

Malheureusement, la situation va se retourner contre elle. En effet, les fans de l’artiste en question estiment qu’il est de leur devoir de prendre sa défense. Aussi, une salve d’injures à caractère antisémitique déferlent sur la Toile. À la rédaction de nous, c’est le choc. Incapables de tous les répertorier, la chroniqueuse de TPMP décide pourtant de ne pas rajouter de l’huile sur le feu. Donc, elle garde le silence. Sauf qu’à la rentrée, un événement va venir tout remettre en question. Le tournage de l’émission de C8 est ouvert au public. Sauf qu’un jeune homme va en profiter pour avoir un comportement virulent envers l’amie de Cyril Hanouna. Appelée, la police rapporte au parquet que ce dernier a eu une attitude “jugée virulente” et aurait critiqué les “positions de Valérie Benaïm, qu’il estime à géométrie variable.”

Suite et fin

Trois mois plus tard, la justice a tranché. Elle condamne l’auteur des faits à “deux mois de prison pour avoir proféré des menaces et insultes antisémites à l’encontre de Valérie Benaïm.” Selon les dires de nos confrères Parisien, le jeune homme estime qu’il n’a pas un mauvais fond. D’ailleurs, à la surprise générale, il met sur la table ses problèmes de santé “Hé ! Je suis un gentil moi, je suis pas méchant, j’ai des problèmes psychologiques, je vois un médecin tous les jours, je prends des médicaments, je suis Cotorep !”

Mais cela ne va pas suffire à convaincre les instances judiciaires. Du reste, la la juge en charge de ce dossier épineux précise que ce n’est qu’un avertissement et qu’elle suffira l’affaire de très près. Comme le fera nous !