Mary-Kate Olsen et Olivier Sarkozy sont officiellement divorcés, a confirmé le magazine Us Weekly. L’ affaire de la créatrice de mode de 34 ans, et d’ Olivier Sarkozy a été tranchée par la Cour suprême de New York le lundi 25 janvier. Cela signifie que le juge a signé l’accord de règlement du couple et que leur divorce a été prononcé.

La nouvelle est arrivée moins de deux semaines après que les ex se soient réunis le 13 janvier, pour une audition virtuelle afin de régler les détails de leur séparation. « Donc, nous sommes parvenus à un accord définitif », a déclaré l’avocat d’Olivier Sarkozy, Michael Mosberg , au juge qui a duré 20 minutes.

« Et nous apprécions le temps et la latitude que vous nous avez accordés. … Cela a été progressif, mais nous continuons de progresser. Il a noté que le duo avait juste besoin de « réviser l’accord » avant de l’envoyer au tribunal. « L’affaire est maintenant conclue », a-t-il ajouté.

L’ avocate de Mary-Kate Olsen , Nancy Chemtob , a réitéré ses points en disant: « Nous avons travaillé très dur et nous apprécions le temps et les ajournements du tribunal, et nous avons un règlement, et nous pourrons l’obtenir. signé et exécuté, comme l’a dit M. Mosberg, d’ici la semaine prochaine. Tous les problèmes sont résolus ».

Mary-Kate Olsen a signé une demande de divorce en avril 2020, mais sa requête a été bloquée au milieu de la pandémie de coronavirus, les tribunaux de la ville de New York ayant brièvement fermé, ce qui a conduit à une sauvegarde dans les affaires entendues. Leur divorce est lié à des projets différents. Mary-Kate Olsen voulait des enfants, alors qu’Olivier qui a déjà deux enfants d’une précédente relation n’en voulait pas.

La créatrice a ensuite déposé une ordonnance d’urgence pour mettre fin à son mariage de cinq ans le mois suivant, mais un juge a rejeté l’offre .Une source a déclaré que l’une des jumelles les plus célèbres au monde avait un « contrat de mariage à toute épreuve » avant la procédure de divorce. « Ses intérêts commerciaux et sa fortune sont protégés », a ajouté l’initié.

« Un divorce à plus de 300 millions d’euros, dont 250 millions appartenant à Mary-Kate Olsen, mais protégé par un contrat de mariage plus solide qu’Alcatraz, bâti depuis son enfance, grâce à sa carrière d’actrice puis de mannequin, mais aussi et surtout grâce à sa maison de couture de luxe The Row et les marques qui en découlent », a rapporté la publication Public.