Une fois par an, la note tombe : les français doivent payer la redevance télé, celle qui permet d’aider aux financements des chaînes publiques. Elle s’accompagne de la taxe d’habitation qui, d’ici 2023, n’existera plus. Mais dans certains cas, il est possible de ne pas payer cette redevance télé. Cela dépend de votre situation. On vous indique tous les cas de figure où il vous est possible de ne pas payer la somme demandée par l’É tat.

Redevance Télé ou redevance audiovisuelle : qu’est-ce que c’est ?

Il est normal de se demander où va son argent. Et les termes redevance télé peuvent paraître bien flous. Avant toute chose, revenons donc sur ce qu’est exactement cette redevance. Il s’agit d’une taxe prélevée auprès des personnes qui possèdent une télévision. Son but est d’aider à financer en partie les antennes publiques. Cette taxe a été créée le 31 mai 1933, mais elle ne concernait à l’origine que les postes radios, avant qu’elle ne soit étendue aux téléviseurs en 1949. Depuis 1974, elle sert à financer l’audiovisuel public (télé et cinéma). Certains politiques envisagent, du fait des avancées technologiques, de l’étendre aux ordinateurs, puisqu’il est possible de regarder la télévision sur son ordinateur.

Depuis 2005, la redevance est levée au même moment que la taxe d’habitation par le Trésor public. Et même si la taxe d’habitation a déjà disparu pour beaucoup de foyers (seuls les foyers les plus aisés la paient encore), la redevance télé apparaît toujours. A partir du moment où vous avez un téléviseur chez vous, vous devez la payer, même si vous payez déjà un abonnement mensuel à une box et que vous n’avez pas d’antenne, même si vous n’avez pas acheté la télé etc…

Comment être exonéré de la redevance télé ?

Certains français peuvent ne pas payer cette taxe. Il faut respecter certaines conditions que vous pouvez découvrir ci-dessous qui permet de ne pas payer la redevance télé, même si vous possédez chez vous un téléviseur. Sont donc exonérées de cette taxe les profils suivants :

Les personnes qui ne disposent pas d’un télévisuel ou de tout autre dispositif assimilé comme un vidéo projecteur ou un lecteur DVD associé à un écran ; les personnes de plus de 60 ans en fonction de leurs revenus (pour vérifier si votre profil correspond, l’État a mis en place une grille des plafond de revenus en dessous desquels il est possible d’être exonéré) ; les personnes qui touchent le minimum vieillesse (Allocation de solidarité aux personnes âgées ou allocation supplémentaire d’invalidité) ; les personnes qui touchent l’allocation adulte handicapée (pour ces deux derniers cas, les revenus ne doivent pas dépasser un certain montant).

Sont également possiblement exonérées les personnes handicapées ou celles qui vivent avec une personne handicapée (à condition qu’elles ne soient pas imposable à l’IFI et sous condition de revenu) ; les veufs ou veuves (sous condition de revenus) ; les personnes qui ont revenu fiscal de référence égal à zéro et les personnes âgées qui vivent dans un Ehpad ou une maison de retraite, même si elle possède un téléviseur chez elle.

Pour découvrir tous les plafonds, il faut vous rendre sur le site de l’administration française.

La redevance télé : un enjeu dans la campagne politique actuelle ?

Les français vivent actuellement une campagne politique de grande ampleur puisque les élections présidentielles arrivent d’ici quelques mois. Ce sont donc de grands sujets qui sont abordés dans les médias. Et parfois, les politiques parlent d’autre chose que d’immigration. C’est rare, mais ça arrive. Et le pouvoir d’achat des français – ce qui très clairement les intéresse plus – se retrouve parfois au cœur des débats. Et ça, le Rassemblement National l’a compris. Le parti politique d’extrême droite mené par Marine Le Pen veut donner de l’argent en français, selon leurs termes. Et cela passe par la suppression, en partie, de cette taxe.

Le parti veut en effet « supprimer la redevance et renationaliser les autoroutes » afin de « redonner cet argent aux français« . Le but est de « re-flêcher l’argent public qui a été pris dans la poche des français » pour leur « redonner du pouvoir d’achat« .

Reste à savoir si cette proposition sera suffisante pour convaincre les électeurs qui, pour la plupart, paient cette taxe une fois par an en échange du contenu audiovisuel offert par les chaînes publiques mais également certains films français qui sortent au cinéma et qui ne sont pas produits par des chaînes privées.