A peine rentrée de vacances, Olivier Véran doit absolument monter au créneau pour défendre la stratégie vaccinable. Et pour cause, deux élus de la République ne cessent que de démolir les actions du gouvernement. Trop c’est trop, le ministre met les points sur les I !

Olivier Véran tire la sonnette d’alarme ! Il ne faut pas écouter cet élu puisqu’il raconte n’importe quoi. Pire, il le traite de charlatan !

Olivier Véran en colère comme jamais

Depuis l’arrivée des deux doses de vaccin sur le marché, les Français semblent plus divisés que jamais. Entre ceux qui ont peur du contenu des piqûres et ceux qui refusent tout simplement de se soumettre au pass sanitaire, le débat s’éternise. Et pour cause, depuis quelques semaines, de nombreuses manifestations se déroulent tous les samedis. nous se souvient notamment de l’affaire de la pancarte. Choquée par ce qu’elle y a lu, c’est Karine Le Marchand qui n’avait pas hésité à en parler sur les réseaux sociaux. Pour autant, Olivier Véran semble vraiment exaspéré par les propos de certains dirigeants politiques. À ses yeux, certains ne prennent pas leurs responsabilités lorsqu’ils distillent des fausses informations scientifiques à leurs concitoyens. Ces dernières heures, le ministre de Santé est même rentré dans une colère noire en découvrant les arguments de Xavier Lemoine. Que s’est-il passé ?

Il tacle en beauté cet élu de la République

Lorsqu’on lit la lettre ouverte de l’élu de Montfermeil, on se rend compte qu’il ne prend pas de pincettes. Quand il évoque la vaccination pour les jeunes adolescents, il qualifie cela de “thérapies géniques” ! Au lieu de laisser ça passer, Olivier Véran décide de réagir. Et il ne va pas choisir son plateau par hasard. Invité pour la première de cette nouvelle saison de C à vous, le ton va rapidement monter. Pour ce neurologue de profession, l’élu devrait apprendre à peser son vocabulaire puisqu’il n’a “aucune compétence scientifique”.

D’ailleurs, concernant son étiquette politique, Olivier Véran a quelque chose à préciser aux téléspectateurs. Xavier Lemoine fait partie de l’Union Démocrate. Proche des chrétiens de France, il lui souffle d’écouter avec attention le laïus du pape François à ce sujet. Dans un premier temps, il ne peut pas s’empêcher d’ironiser. Si cet élu ne fait pas confiance ni à Emmanuel Macron ni au gouvernement ou au personnel soignant, peut-être que le pape François arrivera à trouver les mots ? nous vous précise qu’il “a appelé la population mondiale à se faire vacciner pour se protéger.”

Aïe, ça pique !

Dans un soupir, Olivier Véran raconte à la présentatrice qu’il est navré que de telles propos circulent encore dans l’opinion. Convaincu que Xavier Lemoine va dans le mur, il nous explique que “son édito qui est truffé d’erreurs.” En somme, ce n’est pas qu’un simple courrier à ses administrés, “c’est même du charlatanisme. C’est un charlatan“

Olivier Véran n’en a pas fini avec ses détracteurs !

Mais ce n’est pas le seul fauteur de trouble auquel Olivier Véran devra se confronter. Depuis quelques jours, Florian Philippot revient sur le devant de la scène. Lui aussi a un message important à faire passer au ministre de la Santé. Il tient à le prévenir que les manifestations ne sont pas près de s’arrêter. Pour bien se comprendre, il utilise une métaphore sans équivoque. “J’assume de dire que nous ne rentrerons pas à la niche, y compris si Monsieur Véran nous siffle.” Persuadé qu’Emmanuel Macron mène “une politique complètement dingue”, il espère peser dans le débat suffisamment longtemps pour obtenir gain de cause et rallier du monde à son combat.

On l’aura compris, Florian Philippot ne lâchera pas le morceau si facilement. Chez Natasha Polony, il précise que la politique menée actuellement “n’est plus sanitaire, mais exclusivement politique et nous faisons des manifestations, que certains tentent de caricaturer (…) mais c’est au contraire très bon enfant.” Si la rédaction d’nous devait résumer, elle dirait qu’on n’est pas sortis de l’auberge. À quelques mois des élections présidentielles, personne ne peut prédire quelle sera la tendance. Mais en tout cas, dans un sens comme dans l’autre, il va y avoir du sport pour convaincre les électeurs !