Le célèbre chanteur Patrick Bruel vit une période très compliquée. u coeur d’une vive polémique depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, le père de deux enfants n’a rien vu venir. Récemment, le chef de l’Etat Emmanuel Macron a exceptionnellement autorisé, à ce que le match de tennis de Roland Garros, puisse dépasser le couvre feu fixé à 23 heures.

Mais une décision qui n’aurait pas plu à de nombreux internautes, qui ont été particulièrement violent envers les « riches », comme Patrick Bruel, Emmanuel Macron et d’autres personnalité. « Les riches emmenés par Bruel peuvent continuer à se régaler, pendant que les pauvres crèvent la dalle et se prennent 135 euros dans la nuque. Merci Macron », a lâché un internaute, visiblement très remonté.

Quant à un autre internaute, il a écrit : » Le public qui se lève et chante ‘Merci Macron’ à Rolland Garros parce que sa majesté a accordé une dérogation au delà de 23 heures3″. Quant à Patrick Bruel, qui est très actif sur les réseaux sociaux, il n’a pas réagi aux nombreux commentaires sur la toile.

Par ailleurs, d’après le magazine Public , Patrick Bruel (61 ans) a demandé la main de sa compagne Clémence (27 ans) lors d’un séjour dans sa villa du Vaucluse. Il aurait fait sa demande en mariage « dans un petit restaurant perché sur les hauteurs du Lubéron », la Maison de la truffe.

Le célèbre chanteur et acteur, aurait accompagné cette demande de l’annonce d’un beau voyage. « Un séjour à 30 000 euros » d’après nos confrères de Public. Toutefois, cette information n’est pas validée par l’hebdomadaire Closer, qui livre une toute autre nouvelle. Selon la publication, il y aurait de l’eau dans le gaz au sein du couple.

En cette période très tendue, beaucoup de personnes tentent de passer le temps comme elles le peuvent. Quant à d’autres, la cohabitation avec l’autre partenaire reste très difficile. La promiscuité, le manque d’activité, les tensions liées au coronavirus dont on ignore la fin, amènent les couples à se disputer davantage et engendrent des tensions plus importantes qu’à l’accoutumée.