Le jeudi 4 février, le livre Soul Sister de Nicoletta sortira en librairie. Dans cet ouvrage, la chanteuse se livre sur sa tentative de suicide. En effet, quand sa mère est morte, elle a tenté de mettre fin à ses jours. C’est la première fois que l’artiste en parle ouvertement.
Nicoletta a bercé des générations de Français avec ses chansons inoubliables, de Mamy Blue à Il est mort le soleil. A 76 ans, la chanteuse se donne aujourd’hui à des révélations poignantes dans son livre Soul Sister. Elle revient notamment sur sa jeunesse. Le plus terrible moment de sa vie fut certainement le décès de sa maman.

A l’époque, la jeune Nicole n’a pas encore pris son nom de scène, Nicoletta. Elle n’a que 20 ans et vient d’arriver à Paris. Si elle débarque dans la capitale, c’est pour percer dans la musique. Elle rêve en effet de devenir chanteuse. Et pour vivre sa passion, elle a du faire une terrible concession. Car elle a quitté sa mère Jeanne, malade d’un cancer et déficiente mentale.

« Ce fut le plus gros choc de ma vie »

Mais à peine un mois après son arrivée à Paris, Nicole apprend la mort de sa mère. Un télégramme lui parvient en effet à la réception de l’hôtel où elle loge. « Ce fut le plus gros choc de ma vie », écrit-elle. Elle vit ainsi cet événement tragique « comme la pire des injustices ». “Elle s’en allait à 40 ans, après avoir été moquée toute sa vie. Ce jour-là, j’ai eu honte de moi. J’ai encore le sentiment de l’avoir abandonnée pour vivre ma vie. », poursuit-elle au fil des pages. « J’ai fait une tentative de suicide pour la rejoindre et dormir pour toujours auprès d’elle. J’ai avalé deux boîtes entières de calmants et je me suis allongée sur le lit » explique-t-elle ensuite. Au sein de la rédaction de nous, nous avons trouvé son témoignage des plus poignants.

Son “expérience de mort imminente »

A cause de la surdose de calmants ingéré, Nicoletta fait l’expérience d’une NDE (Near Death Experience) ou “expérience de mort imminente”. « Je me suis vue collée au plafond de la chambre et mes yeux contemplaient une scène inimaginable : mon corps transporté d’un chariot à un lit par trois infirmiers. […] Je fus subitement attirée par une merveilleuse lumière verte incandescente qui illuminait un très long tunnel dont je ne vis pas le bout. Le flash s’arrêta et je me réveillai, quelques jours plus tard, en me demandant ce que je faisais là, dans cet hôpital, persuadée que j’avais eu un simple accident. », décrit-elle.

Heureusement, le personnel de l’hôtel débarqua miraculeusement dans sa chambre à cause d’une personne qui cherchait à la contacter. Les secours l’emmenèrent rapidement à l’hôpital. Mais Nicoletta passa quand même huit jours dans le coma !