Michel Drucker a pensé qu’il ne reviendrait pas. Pour la première fois, il vient de révéler dans les colonnes de La Meuse la vraie raison de son opération, qui a duré plus de sept heures !

En septembre dernier, Michel Drucker pensait bien ne plus jamais revoir son canapé rouge. Il faut dire qu’à la place des projecteurs de France 2, ce sont les lits d’hôpitaux qu’il a côtoyés pendant un bon moment. A 78 ans, l’animateur vedette de France Télévision s’est ainsi résigné à faire l’objet d’un triple pontage coronarien. Pas facile en effet quand on connaît les risques d’une telle opération chirurgicale ! De plus, le présentateur de Vivement dimanche a passé plus de sept heures sur la table d’opération. Retour sur l’enchaînement de ses problèmes de santé, qui ont débuté en juillet dernier.

C’est donc pendant l’été 2019 que Michel Drucker a commencé à ne pas se sentir bien. Le mari de Dany Saval explique en effet alors “un petit problème de thyroïde“. Il consulte donc à cause d’une grande fatigue qui ne passe pas. Le diagnostic ne tarde pas à tomber : “Une bactérie a infecté une de mes dents, et l’infection s’est propagée au cœur, à une valve mitrale, au rein aussi”. Malheureusement, l’infection s’est aussi propagée jusqu’à l’une de ses jambes. “Une partie était nécrosée et on aurait pu craindre l’amputation”, explique ainsi le protégé de Delphine Ernotte.

Il a frôlé l’amputation !

Face à ce retournement de situation, Michel Drucker doit passer une batterie de tests. C’est à ce moment-là que les médecins préconisent de lui faire un triple pontage. Pour l’animateur, c’est la fin. “Je me suis dit que je ne reviendrais pas… Que si je m’en sortais, ce serait avec des séquelles ! Vous savez, j’ai perdu 11 kilos…“, se confie-t-il auprès de La Meuse.

Après huit heures d’opération, quinze heures d’anesthésie, de la réanimation et des soins intensifs, la figure emblématique du PAF se réveille enfin. “Mon cœur a été arrêté pendant quelques heures et branché à une machine. Je n’ai refait surface que beaucoup plus tard. Heureusement que je n’avais pas de miroir. J’avais les joues creusées, j’étais une ombre. Perdre 10 kg, c’est beaucoup quand on en pèse 72. J’avais la cage thoracique douloureuse, avec un corset pour maintenir tout ça. On redevient un pantin. Incapable de se lever tout seul, de marcher sans perfusion. Il n’y a plus de vedette de la télé. J’étais convaincu que je ne referai jamais surface“, se souvient-il auprès de nos confrères du Parisien. Il se rend alors compte qu’il a “frôlé la catastrophe“.

Heureusement le doyen de France 2 a repris du poil de la bête. En rééducation depuis deux mois, il se remet ainsi lentement mais sûrement de ses deux opérations. Cependant, ses fans devront s’armer de patience : il ne sera en effet pas de retour avant “fin mars ou début avril.”