Michel Cymes n’est pas un médecin comme les autres. Alors, quand il avoue cette faiblesse qui le tenaille, il se livre comme jamais à ses fans. On vous dit tout sur la décision irrévocable qu’il vient de prendre !

Michel Cymes n’est pas du genre à se laisse intimider par les difficultés. Hélas, il est à la croisée des chemins, il doit se décider !

Michel Cymes plus hésitant que jamais !

À la fin des années 90, Michel Cymes arrive à la télévision. Pour cet ORL de profession, c’est une révolution. Plus le temps passe, plus il fait tout avec passion. Grâce à son franc-parler et son humour pas comme les autres, il nous enseigne des choses scientifiques tout en simplicité. Sur la Toile, on peut même trouver des extraits de fou rire avec sa complice Marina Carrère d’Encausse. Personne ne pourrait oublier Le Magazine de la Santé ! Aujourd’hui, il est le rédacteur en chef de Dr Good et à la tête de nombreuses émission médicales. Comment fait-il pour tout mener de front sans jamais se fatiguer ? Où va-t-il s’arrêter ? La réponse, nous vous la donne tout de suite !

Cabinet ou télé ? il faut choisir !

Cette photo en est la preuve flagrante. France Télévisions lui fait régulièrement confiance pour nous expliquer les pouvoirs extraordinaires du c*rps humain. Et même si en coulisses sa femme Nathalie fait des scènes de jalousie, Michel Cymes continue sa route sur les ondes de RTL comme dans la petite lucarne. De plus en plus de téléspectateurs le considèrent en tant qu’homme de télévision et non pas un médecin lambda. Sa présence dans le classement des animateurs ne laisse pas de place au doute. Peu à peu, les choses se mélangent dans notre esprit et il se retrouve à la croisée des chemins.

L’année 2020 va le contraindre à faire un choix. En effet, pendant la pandémie, Michel Cymes échange sa blouse de médecin contre celle d’un infirmer. Face à l’afflux de patients dans les services de réanimation, il va s’investir comme jamais à leurs côtés. D’un autre côté, il ne manque pas de nous mettre en garde contre les fauteurs de trouble comme Didier Raoult. Dernièrement, il en avait même contre les antivax. En simultané sur les réseaux sociaux et CNEWS, il se fait piquer en direct. Cette intervention fait le buzz. Pour autant, est-ce que cela va réussir à convaincre ses détracteurs ? Même s’ils ne jugent pas une seconde son savoir médical, ils estiment qu’il s’éparpille trop et en fait des tonnes. Si bien que son discours devient pratiquement inaudible. Et vous cher lecteur d’nous, qu’en pensez-vous ?

La double peine

Grâce à nos confrères de Télé Star, nous comprenons que Michel Cymes a entendu et analysé le message. Pendant des semaines, il va hésiter puis finalement se jeter à l’eau. Dès lors, vu qu’il a l’âge et choisit de mettre un terme à sa carrière d’ORL. Pour autant, les larmes aux yeux, il déclare avoir mal vécu ce moment. “Ce fut un déchirement, le jour où j’ai envoyé ma lettre de démission. Et encore plus quand j’ai reçu mon ultime patient.” Voici comme il justifie les choses à l’égard de ses fans, mais aussi des anonymes qui lui faisaient confiance pour les soigner. “C’est un choix difficile, mais réfléchi et assumé. Il faut dire que la régularité de mes consultations et de mes activités médias devenait de moins en moins compatibles.” Ça a au moins le mérite d’être clair, net et précis.

Michel Cymes arrive toujours à rebondir

Il y a encore peu de temps, nous vous racontait justement qu’il allait céder sa place à Marie Lorphelin sur RTL. Mais séchez vos larmes chers auditeurs de sa chronique dominicale. L’ancienne Miss France est motivée et va forcément assurer ! D’ailleurs, elle s’entraîne sur Instagram et réalise des petites chroniques médicales pour ses followers.

Et puis, on vient d’apprendre que le film La doc et le véto va se décliner en format série. Donc maintenant, au lieu de servir de son stéthoscope, Michel Cymes enfile sa casquette d’acteur. Il est incroyable ! On lui souhaite encore de nombreux projets à la télévision puisqu’elles arrivent à nous enrichir. Même quand il fait de l’humour chez Nagui, il sait mettre le doigt sur les défaillances de notre système de santé. Pourvu que ça dure !