Magali Berdah est récemment revenue sur les raisons qui l’ont poussée à quitter la France pour poser ses valises à Dubaï, aux côtés de nombreuses star de la téléréalité. En effet, la directrice de l’agence Shauna Events a vécu un cauchemar. Aujourd’hui encore, elle reste traumatisée par ce qu’elle a vécu, malgré les années qui ont passé.

La jeune directrice qui rencontre un carton avec son agence de communication spécialisée dans la carrière des influenceurs, a dû faire face à des cambriolages lorsqu’elle vivait à Paris. La mère de famille avait non seulement peur pour sa vie, mais également pour celle de ses enfants. Elle a donc pris une décision radicale.

« Ils ont vécu un cauchemar, ils ont été réveillés avec les lampes dans les yeux, attachés, roués de coups. Ma belle-mère a essayé de protéger mon père, mais elle a été traînée par les cheveux. Mon père s’est aussi fait rouer de coups. Les malfaiteurs cherchaient un coffre-fort. Plus ma belle-mère disait qu’il n’y en a pas plus elle prenait des coups », a-t-elle confié dans l’émission ‘6 à 7 avec Casta’.

Magali Berdah a avoué avoir vécu dans la peur durant de nombreuses années. « J’ai été victime de cambriolages. J’en ai vécu à peu près quatre en un an dont un avec braquage à la maison et homme cagoulé à la maison « , a-t-elle annoncé lors de son passage dans l’émission diffusée sur C8.

Avant de poursuivre : « Je n’ai pas été violentée mais je sais le traumatisme que ça m’a créé. On peut comprendre les gens qui vivent dans la peur. Moi j’ai vécu des années dans la peur ». Aujourd’hui, elle comprend parfaitement la décision de toutes ses stars qui font le choix de s’installer à l’étranger pour leur sécurité.

« Tout le monde critique un peu Dubaï mais c’est une réalité ! Moi, à Dubaï, je dors l’esprit tranquille parce que franchement, c’est un traumatisme », a avoué la jeune directrice. D’ailleurs, d’autres stars de la télé-réalité ont fait le même choix qu’elle. C’est le cas de Nabilla et son mari, Thomas Vergara, mais également Maeva Ghenam, Benjamin Sammat et pleins d’autres encore.