Quelques jours après l’altercation qui a valu au tournage des Anges d’être annulé, Ricardo Pinto prend la parole pour la toute première fois dans les colonnes de nos confrères du Parisien pour donner sa version des faits. La rédaction de nous va vous expliquer ce qu’il a dit.

Ricardo sort du silence pour la toute première fois

Le 10 janvier dernier, une altercation très violente a eu lieu à la Réunion entre le Maire de Saint-André et plusieurs candidats des Anges dans le restaurant d’un hôtel 4 étoiles à Saint-Denis. Un événement qui a eu pour conséquence, l’annulation totale du tournage. Mais ce que nous savons toujours pas, c’est la réalité des faits.

Dans une interview accordée à nos confrères du “Parisien”, Ricardo est sorti du silence pour la toute première fois, quelques jours après la bagarre avec le Maire de Saint-André, Joé Bédier. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le jeune homme est très marqué physiquement et psychologiquement : “C’est très dur psychologiquement. C’est dingue de se retrouver coupable dans la presse alors qu’on est victime. On me fait passer pour un animal, un drogué, un alcoolique qui tape des femmes et des enfants. On m’a fait porter le chapeau sans vérifier la moindre information“.

Ricardo réfute les accusations du Maire de Saint-André

Evidemment, dans cette même interview, Ricardo a décidé de revenir sur ce qu’il s’est passé. Le jeune homme livre alors sa version des faits : “Comme depuis trois jours, la personne en charge des candidats, Johanna, a demandé aux gens autour de nous de ne pas diffuser les photos pour des raisons de confidentialité. Malheureusement, elle est tombée sur des personnes acharnées, qui n’ont pas hésité à l’insulter” explique-t-il tout d’abord. Il déclare ensuite que sa compagne, Nehuda, voulait prendre sa défense, mais tout ne s’est pas bien passé : “Le fils du maire lui a dit, ici t’es chez nous avant de s’avancer vers elle comme si il allait l’agresser“.

C’est à ce moment-là que Ricardo est venu s’en mêler et c’est à ce moment-là, que tout a dégénéré : “Mettez-vous à ma place ! Je n’ai pas eu d’autres choix que d’intervenir. A partir du moment où je l’ai repoussé, ça a pris quelques secondes. Et bam, bam, les coups ont plu. Lui m’a mis le premier coup, puis son père m’a explosé une chaise dans le dos”. Finalement, c’est la police qui a mis fin à la grosse dispute : “Ce qui nous a valu une garde à vue de 17 heures, avec une nuit à dormir sur le sol chacun dans une cellule. J’ai le dos explosé. Je sors d’une radiologie, demain, c’est l’IRM complète”. Pour autant, le candidat de télé-réalité tient à garder les yeux rivés sur son objectif : “Ma priorité, c’est de mettre en lumière toute cette affaire, prouver notre innocence”.