Quand cela concerne Laura Smet, les bruits de couloir sont si nombreux que cela donne le tournis. D’ailleurs depuis plusieurs jours, la fille de Johnny Hallyday est au centre d’une rumeur peu réjouissantes, qui s’est répandue sur les réseaux sociaux à une vitesse fulgurante. Selon plusieurs médias, l’actrice serait frappée par une terrible maladie.

Récemment, l’hebdomadaire Oops a publié un dossier sur l’actrice de 37 ans et livre des nouvelles préoccupantes sur l’heureuse maman d’un petit garçon, né en octobre dernier. D’après le magazine, la ravissante blonde qui est mariée avec Raphaël, serait touchée par le cancer. La même maladie qui a emporté son père, Johnny Hallyday, la nuit du 5 au 6 décembre 2017.

Néanmoins, en lisant l’article jusqu’au bout, on apprend que si l’actrice est confrontée au cancer, c’est indirectement. En effet, nos confrères ont consacré un dossier sur le cancer des poumons qui a touché Johnny Hallyday ainsi que sur son médecin qui a été très présent tout à ses côtés, tout au long de la maladie.

Le Dr David Khayat, chef du service Oncologie de la pitié Salpêtrière, est au centre de multiples critiques et en particulier une a attiré notre attention. Celle-ci a été émise par Laura Smet et sa mère Nathalie Baye. Bien que le médecin soit très réputé dans son domaine et a soigné Johnny Hallyday, sa façon de travailler est parfois pointé du doigt. En effet, Laura Smet a été choquée quand la presse a dévoilé que ce docteur a « collaboré » avec le cigarettier Philip Morris.

Le journal Le Monde avait, à l’époque publié un dossier sur la collaboration entre le médecin et le cigarettier. Rappelons tout de même que le Dr David Khayat avait réussi à sortir Johnny Hallyday de son addiction à la cigarette. Le docteur se rappelle d’un homme non seulement courageux, et qui avait une force de caractère incroyable.

« J’ai été ébloui par sa force et émerveillé par l’amour qu’il portait à Laeticia et à ses enfants et par celui qu’il recevait en retour. Il s’est battu comme un lion et ce à tous les stade de la maladie. Jusqu’à la fin, jusqu’au dernier moment, il n’a rien lâché. S’il s’est battu avec une telle volonté, c’est pour l’amour, pour sa famille et pour la musique », a-t-il confié lors d’une interview accordée au journal Le Parisien.