En 1997, Juliette Binoche décroche l’Oscar de la Meilleure actrice dans un second rôle pour sa prestation dans « Le Patient anglais ». Un rêve pour l’actrice, qui a été accompagné d’une petite déception comme elle l’a confié sur Canal+.

Quand la joie laisse place à la déception. Actrice star parmi les plus prolifiques du cinéma français, Juliette Binoche est probablement l’une des comédiennes françaises à avoir le mieux réussi sa carrière outre-Atlantique, comme Simone Signoret avant elle, et Marion Cotillard par la suite. Une renommée qui lui a permis, en 1997, de décrocher une première nomination aux Oscars, mais aussi, une statuette dans la catégorie Meilleure actrice dans un second rôle, pour son interprétation de Hana dans Le Patient anglais, réalisé par Anthony Minghella. Un « rêve » pour elle, auquel elle ne croyait pas du tout.

Persuadée que Lauren Baccall allait remporter cet Oscar pour Leçons de séduction, à qui elle a notamment souhaité donner son prix, Juliette Binoche précise dans En aparté sur Canal+, dont elle était l’invitée mercredi 12 janvier, qu’elle n’avait pas préparé de discours. Avant d’en dire plus sur « l’effervescence » qu’il y a autour de ce trophée si convoité chaque année par les stars de cinéma. « C’est comme un rêve, ça ne paraît pas réel », a-t-elle confié, précisant que si elle était avec son fils, Raphaël, pour célébrer ce moment, sa déception a été lorsque son « amoureux du moment » ne l’a « même pas appelée » pour la féliciter. « C’est ça qui était blessant en fait. On était plus ou moins séparés, mais quand même », a-t-elle précisé, sans révéler le nom de cet « amoureux », elle qui n’a pas ailleurs jamais voulu se marier.

Quelle a été la préparation la plus dure pour Juliette Binoche ?

Par la suite, Juliette Binoche sera nommée une nouvelle fois en 2001, dans la catégorie Meilleure actrice cette fois, pour son rôle de Viviane Rocher dans Le chocolat, aux côtés de Johnny Depp. Cette année-là, le trophée lui échappe au profit de Julia Roberts, récompensée pour son interprétation dans Erin Brockovich, seule contre tous. Toutefois, aux Etats-Unis, la comédienne a déjà une place de choix au cinéma, comme en France, où elle a par le passé accepté de se mettre dans des situations difficiles pour des rôles. Comme avant le tournage des Amants du Pont-Neuf, où elle avait vécu dans la rue plusieurs jours pour s’imprégner de son personnage, comme elle l’évoquait encore récemment dans C à vous.