Julien Cohen est un homme plein de ressources. En effet, depuis qu’il est dans la salle des ventes d’Affaires conclue, on a besoin de son expertise. Pour répondre à toutes ses demandes, il dévoile son rêve (presque) devenu réalité !

Julien Cohen a plein de cordes à son arc. En plus des perles rares dans l’émission de Sophie Davant, il vient de réaliser son rêve d’enfant !

Julien Cohen plus motivé que jamais !

Reconnaitre Julien Cohen, c’est un jeu d’enfant. Grâce à ses lunettes, il crée sa légende dans Affaire Conclue. Du reste, sa personnalité atypique contribue également à lui donner un certain cachet auprès de ceux qui viennent sur le tournage. Quant à ses camarades de France Télévisions, comme Caroline Margeridon, le ton monte souvent, mais ce n’est jamais dans l’intention de nuire ou de blesser gratuitement. De toute manière, il sait comment se défendre et remporter l’adhésion du public. Dans le monde de la brocante, il possède tout un réseau à sa disposition pour lui dénicher des pépites. À la tête de plusieurs entrepôts en Angleterre ou Belgique, il gère tout ça de main de maître. Ah ça, c’est l’évidence : sa petite entreprise ne connait pas la crise !

Pour Julien Cohen, 2021 se termine bien !

Depuis trois ans, Julien Cohen enchaine les tournages d‘Affaire Conclue, mais aussi les vide-greniers à la recherche de biens de qualité. Avec la pandémie, tout aurait pu s’écrouler. Heureusement pour lui, il a des idées à revendre et sait exactement comment faire pour tirer son épingle de cette incroyable botte de foin. Il échange régulièrement avec ses abonnés sur les réseaux sociaux. En fait, il voit la Toile comme un immense terrain de jeu où il pourrait nous montrer en direct ses dernières acquisitions. Bricoleur, il n’hésite pas à mettre la main à la pâte quand il s’agit de restaurer un objet qui a besoin d’un coup de frais. On ne compte plus les fois où ses camarades ont dû le reprendre, car il allait plus vite que la musique ! Pour autant, il rêve secrètement de réunir la grande famille des passionnés dans un immense entrepôt. Donc, lorsque les caméras de France 2 lui laissent un peu de répit, il travaille en totale discrétion sur ce projet.

Visiblement, son doux songe est devenu réalité. Ravi, voici ce que Julien Cohen annonce une équipe de journalistes curieux.« Ce sera un espace d’environ 1000 m2, dans lequel seront installés une vingtaine de brocanteurs, moi compris, venus de toute la France » Même si le lieu n’est pas encore ouvert, la nouvelle s’est rapidement propagée parmi les férus de brocante. « J’ai eu une avalanche de demandes. » Et pour le public qui lui fera l’honneur de venir, il a déjà une idée lumineuse de comment les impliquer à leur façon. « Il y aura aussi un atelier d’ébénisterie où tout le monde pourra venir apprendre à restaurer un objet ».

Le grand jour approche !

Début octobre, la boutique de Julien Cohen va faire beaucoup de bruit. Et pour cause, au mois une vingtaine « de brocanteurs venus de toute la France » ont accepté de le rejoindre à Péronne. Pour autant, est-ce que les antiquaires du coin redoutent l’homme aux lunettes bleues ? A-t-il vraiment étudié le marché de cette région ? En dialoguant avec ses confrères dans les environs, les journalistes du Courrier Picard constatent qu’ils ont l’air aussi enthousiastes que le collègue de Sophie Davant. L’ouverture de ce magasin unique en son genre est « l’occasion d’attirer une nouvelle clientèle, celle qui ne venait pas à Péronne, mais qui profitera de sa venue là-bas pour venir chez nous. Ça ne peut que nous tirer vers le haut » ! Quel bel exemple de solidarité, nous valide la mentalité qui ne peut que faire des petits !

Pour mener à bien cette nouvelle aventure, Julien Cohen n’est pas seul en coulisses. En effet, le chéri de Karine sait qu’il peut compter sur elle pour le soutenir. En redoutable femme d’affaires qu’elle est, elle lui dispense de précieux conseils. Cher lecteur d’Objeko, aussi bizarre que ça puisse paraître, sa première épouse est également de la partie. En somme, il mélange travail et sentiments avec efficacité et la sensibilité qui le caractérise. Pour l’instant, ça a l’air de lui réussir. On croise les doigts pour que ça fonctionne le plus longtemps possible. Une question se pose cependant. Comment va-t-il trouver le temps d’être au four et au moulin ? À moins de se cloner, on ne voit très bien comment il va gérer son planning. Faisons-lui confiance ! Dès qu’on a des images de son magasin atypique, on vous en montre, c’est promis !