Aux commandes du “Meilleur Pâtissier” depuis 2017, Julia Vignali est devenue petit à petit, une figure emblématique de M6. Si la neuvième saison du programme vient tout juste de se terminer, la présentatrice a toujours autant de plaisir à participer aux tournages et même un peu trop..La rédaction de Distractify va vous expliquer pourquoi.

Le meilleur Pâtissier : Julia Vignali plus épanouie que jamais

Après le départ de Faustine Bollaert, Julia Vignli a pris les commandes du “Meilleur pâtissier“. Une émission qu’elle adore présenter : “Je suis épanouie, à tous les niveaux, et je connais maintenant parfaitement la psychologie du pâtissier : ‘rigoureux, voire un peu geek ! On a aussi hâte de fêter le dixième anniversaire de ce programme l’année prochaine” explique-t-elle. Mais si tout va pour le mieux pour elle professionnellement, elle ne s’attendait peut-être pas à ces nombreux messages durant la diffusion de l’émission.

Difficile de résister à la tentation des gâteaux. En effet, Julia Vignali se plaît donc à déguster quelques unes des réalisations des candidats. Malheureusement, parfois, ça se ressent sur la balance, mais pas que. Les internautes ont cru que la jeune femme était enceinte : “A partir du cinquième prime, j’ai commencé à recevoir des félicitations pour… ‘ma grossesse’. Ca me fait tellement rire” a-t-elle notamment déclaré à nos confrères. Mercotte, de son côté, a trouvé une super astuce minceur pour ne plus prendre un gramme. Ilne lui reste plus qu’à partager son secret à la présentatrice pour le tournage de la saison 10 !

Un tatouage qui cache une brûlure

Si vous suivez un peu la carrière de Julia Vignali, vous savez sûrement que la jeune femme a un tatouage au bras. En effet, elle a décidé, il y a quelques années, de se faire faire un tatouage représentant des fleurs de cerisiers du Japon sur le bras droit. Mais il y a une raison à cela, c’est pour cacher une blessure de jeunesse : “Je l’ai depuis avril 2017. Il cache une cicatrice de brûlure que je me suis faite à l’âge de 5 ans. En 1980, le matin de la fête des mères, j’ai renversé mon bol de chocolat chaud, et mon pyjama en acrylique a littéralement fondu sur mon bras”.

Brûlée au troisième degré, Julia Vignali a du se rendre deux fois par semaine, pendant plusieurs années, à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul, à Paris. Avec ces nombreuses visites, la jeune femme a pu s’ouvrir l’esprit : “D’avoir passé du temps à l’hôpital en contact d’enfants en souffrance m’a ouvert l’esprit et le coeur. Je crois que j’ai gagné en sensibilité et en empathie“.