Jean-Pierre Pernaut quittait le JT de 13h de TF1 au début de l’année 2021. Son public pouvait penser que c’était donc la fin de ses célèbres coups de gueule. Mais il n’en est rien ! Il sort un livre ce 11 février et il y pousse un mémorable coup de gueule dans lequel il se défoule sur la presse people de mauvais goût et sur les Guignols de l’info.

Jean-Pierre Pernaut anéanti les médias qui s’attaquent à l’intégrité de son épouse

Jean-Pierre Pernaut n’est pas du genre à avoir sa langue dans sa poche ni à se laisser marcher sur les pieds. Et quand cela touche à sa femme ou à sa famille, il peut se montrer d’autant plus virulent. En effet, dans son livre 33 ans avec vous, il ne fait pas que remercier son public de sa fidélité sans faille. Il en profite également pour parler de sa relation avec la presse people mensongère et pour régler ses comptes en général. Il va comparer les journaux mensongers à des “marées d’ordures”. Car ce sont pas moins de 66 couvertures de magazines qui ont parlé de l’adultère de sa femme. Or, Nathalie Marquay n’a jamais eu d’écart de conduite.

Jean-Pierre Pernaut ne manque pas de vocabulaire pour dire le fond de sa pensée. Il va même s’en prendre aux Guignols de l’info qui l’ont tourné en ridicule tant d’années. En effet, selon lui c’est à cause de leurs blagues “malsaines” qu’il s’est vu affublé d’une réputation de raciste et de nationaliste. L’ancien présentateur du JT de 13h de TF1 ne regretta donc pas qu’ils ne soient plus à l’antenne. De quoi remettre les pendules à l’heure pour tout ceux qui auraient des doutes.

Un livre sur sa carrière mais aussi sur sa vie, pleines d’anecdotes croustillantes

Enfin, Jean-Pierre Pernaut revient sur sa vie et sur ce qui l’a conduit à faire carrière dans le journalisme. Il raconte notamment son parcours scolaire chaotique. Une façon pour lui de donner de l’espoir à tous ceux qui sont fâchés avec l’école. En effet, Jean-Pierre Pernaut n’a pas eu des notes faramineuses pendant sa scolarité. Et cela ne l’a pas empêché de mener la grande vie. Il explique ainsi qu’il a redoublé maintes fois. Une fois en sixième, une fois en seconde et deux fois en terminale. Son bac, il l’a passé en candidat libre pour quitter le lycée à force d’échouer.

Le journaliste reconnaît qu’il n’était pas pour autant un mauvais élève. Il avait des passions dévorantes qui le poussaient malgré lui hors des classes. Jean-Pierre Pernaut séchait les cours pour se rendre au cinéma, faire du hockey. C’est à la suite de son service militaire qu’il intégre une école de journalisme, à Lille. Mais le mari de Nathalie Marquay n’encourage pas pour autant les jeunes à sécher l’école. C’était une autre époque et refaire la même chose aujourd’hui ne donnera évidemment pas le même résultat.