Sur le plateau de Passage des arts, Claire Chazal recevait un invité de marque ce lundi 1er février. En effet, Gérard Depardieu était présent pour parler de son livre intitulé Ailleurs, paru il y a peu. Mais le ton est rapidement monté entre l’acteur et la journaliste. En effet, la présentatrice évoque les amitiés parfois embarrassantes du comédien. Notamment, ses relations avec certains chefs d’État considérés par certains, comme des » dictateurs « . Très en colère par les mots employés, Gérard Depardieu sort de ses gonds ! nous revient sur cette interview plutôt étonnante.

Gérard Depardieu : » Ce n’est pas un Hitler ! »

Un avis bien tranché

Face aux caméras de France 5, Gérard Depardieu ne mâche pas ses mots. Dans un premier temps, il profite de son passage à l’écran pour tacler le gouvernement français. Âgé de 72 ans, l’artiste n’a en effet pas pour habitude de ménager ses effets. Ainsi, il emploie un ton très dur. Pour lui, les décideurs politiques sont loin d’être à la hauteur. » Je pense qu’ici, ils font beaucoup d’effet de manches et de…, de rien d’ailleurs. Quand j’entends l’autre là, le mec habillé en noir, on n’a pas envie de l’écouter « . Concernant les vaccins, c’est encore pire selon lui.

» Quant aux vaccins, on ne comprend rien. Je devrais l’avoir depuis longtemps, entre le cœur, cinq pontages, l’asthme, le diabète et le surpoids… Il y a rien, il n’y a pas de vaccin ! « . Peu à peu, Gérard Depardieu fait donc part de sa colère. Mais le point culminant de la discussion est encore loin d’être arrivé. Ainsi, lorsque Claire Chazal évoque ses amis » dictateurs « , Gérard Depardieu perd son sang-froid. nous revient sur cette réaction loin d’être passé inaperçue.

Un échange très tendu

Face aux caméras de télévision, Gérard Depardieu en impose. Ainsi, il n’hésite pas à évoquer tous les sujets et donne son avis souvent très tranché. Mais rapidement, la discussion dérape. Ainsi, Claire Chazal décide de lui parler des hommes politiques. Et notamment de Jacques Chirac. Au sujet de l’ancien président de la République, l’acteur se veut très clair : » Chirac était un homme très aimé de tous mes copains, dictateurs comme disent ces journalistes à la c**. D’abord, je n’ai pas rencontré de dictateur puisque je les fuis, je ne les aime pas non plus (…). Je n’ai pas rencontré d’Hitler, je n’ai pas rencontré encore de gens aussi stupides « . Pourtant, la journaliste saute sur l’occasion. Et elle évoque un sujet très sensible : » Juste le président russe ? « .

Pour Gérard Depardieu, c’en est visiblement trop. Car pour lui, la comparaison n’a aucun sens. » De quoi ? Parce que vous pensez que c’est un Hitler ? Il a fait quoi, des holocaustes ? « . Mais Claire Chazal ne se démonte pas. Ainsi, elle évoque les droits de l’homme parfois bafoués en Russie. Sur ce sujet, le comédien reconnaît que tout n’est pas facile en Russie pour les opposants politiques. Mais il précise que jamais il ne souhaite se mêler de politique lorsqu’il effectue ses voyages à l’étranger. En tout cas, cet échange aura été extrêmement vif. Même si au cours de l’émission, la tension semblait peu à peu redescendre.