Enora Malagré est la cible d’internautes qui utilisent le « deep-fake » pour mettre son visage sur un corps d’une actrice dans un film réservé aux adultes. Invitée sur le plateau de Complément d’enquête, l’ancienne chroniqueuse de TPMP se confie.

Si Enora Malagré a déjà dû faire face par le passé à des critiques ou à des remarques déplacées, l’ancienne chroniqueuse de TPMP est aujourd’hui confrontée à une situation bien plus grave. En effet, elle est toujours aujourd’hui victime de deep-fake sur le web. Des personnes mal intentionnées ont ainsi collé son visage sur le corps d’une actrice dans un film réservé aux adultes. nous vous propose de découvrir sa réaction.

Enora Malagré : des vidéos qu’elle compare à une véritable agression, voire un abus !

Une technologie de plus en plus avancée

Devenue un visage incontournable des médias et de la télévision, Enora Malagré a pris l’habitude au fil des années de constater que la célébrité n’a pas toujours que de bons côtés. Si jusqu’à ce jour, elle avait uniquement dû constater des remarques haineuses ou même des critiques beaucoup plus violence, il n’y a absolument rien de comparable avec ce qu’elle est en train de vivre actuellement. En effet, l’ancienne complice de Cyril Hanouna apprenait il y a quelques jours être la victime d’une technologie qui se développe de plus en plus.

Il s’agirait effectivement dans son cas de la technique du deep-fake qui consiste grâce à des moyens technologiques de remplacer le visage d’une personne par un autre dans une séquence vidéo. Ce genre de problèmes se multiplie de façon inquiétante avec de nombreux exemples qui circulent sur la Toile. Aujourd’hui, Enora Malagré en fait les frais. Le problème est d’une telle ampleur que France Télévisions a décidé de réaliser une enquête diffusée sur ses antennes ce jeudi 14 octobre. Un documentaire dans lequel les téléspectateurs ont pu découvrir comment des personnalités se retrouvent avec leurs visages dans des films interdits au moins de 18 ans. nous vous explique tout dans les moindres détails.

Quand le ciel lui tombe sur la tête

Cette technique du deep-fake est en effet de plus en plus courant comme le prouve chaque soir Nicolas Canteloup dans son émission sur TF1. Cependant, cette avancée technologique permet également à des personnes beaucoup moins bien intentionnées de s’emparer de l’image d’une célébrité ou d’un anonyme pour la coller dans un autre contexte. Malheureusement, Enora Malagré connaît aujourd’hui exactement ce même type de situation. Son visage se retrouve dans une production cinématographique à ne pas mettre entre toutes les mains.

Lorsqu’elle apprend la nouvelle, Enora Malagré ne cache pas son malaise : « Je savais qu’il y avait des photos de moi un peu trafiquées qui circulaient. J’ai l’habitude d’être cyberharcelée. J’ai l’habitude d’avoir une image un peu trafiquée, torsadée. Mais ça, je l’ai découvert. Avec le choc aussi que ça provoque. Là, j’ai trouvé ça d’une rare violence. J’ai l’impression d’avoir subi une agression sexuelle et je ne crois pas que le mot soit galvaudé ». Effectivement, l’ancienne chroniqueuse de C8 semble avoir encaissé cette nouvelle avec beaucoup de difficultés. Une réaction tout à fait logique au vu de la gravité de la situation.

Un véritable traumatisme psychologique

Pour Enora Malagré, l’impensable se produit : « Il y a quelque chose de cet ordre-là. Étant donné que mon visage est sur un corps. Ce corps a un rapport se*uel avec quelqu’un. Ça, je ne le consens pas. Donc je ressens une profonde atteinte à ma dignité ». Afin de mettre rapidement un terme à ce deep-fake qui lui cause bien évidemment beaucoup de tort, la jeune femme envisage même de porter plainte afin de remonter jusqu’aux auteurs.

Elle se dit en tout cas, très touchée au point d’envisager de demander de l’aide à un professionnel. En effet, Enora Malagré avoue avoir vécu un véritable traumatisme : « Je vais en parler à mon psy. J’ai la sensation que néanmoins à un moment, j’envisage que ça peut être mon corps. On oublie un moment, même moi, je sais que ça n’est pas mon corps. J’oublie assez rapidement que ce n’est pas mon corps. Et j’assimile ce corps comme le mien. Donc j’assimile cette image de moi en train d’avoir un rapport (…) avec quelqu’un que je ne connais pas, qui n’est pas consenti. Donc pour moi, c’est une agression ».

Une réaction tout à fait compréhensible quand on imagine les dégâts sur le plan psychologique, mais également sur l’image donnée aux autres. Il faut en effet rappeler que la technique du deep-fake est pour le moins surprenante. Même si la technologie n’est pas encore tout à fait parfaite et qu’il est possible de détecter la supercherie en visionnant les images avec intention, l’illusion est néanmoins troublante. Très peu d’internautes prennent effectivement le temps de vérifier s’il s’agit de la vérité, ou bien d’une déformation de celle-ci. En tout cas, Enora Malagré est une victime de plus de cette avancée technologique qui démontre déjà à quel point son utilisation peut être préjudiciable.