Chris Marques souffre d’une longue maladie, la fibromyalgie. A l’occasion de la sortie de son livre Si seulement vous saviez, il livre une terrible anecdote.

Chris Marques est le juré emblématique de Danse avec les stars. Il officie en effet depuis le début de l’émission. Il rempile ainsi pour une 11eme saison ! Infatigable, le chorégraphe franco-portugaiss’entoure cette fois-ci du couturier Jean Paul Gaultier, de François Alu, Premier danseur du Ballet de l’Opéra de Paris. Et de la ravissante Denitsa Ikonomova !

Chris Marques: « J’avais déjà perdu 3 kg »

Pour le magazine Closer, Chris Marques a confié avoir fait des efforts pour perdre du poids : “Weight Watchers m’a pris en main en me promettant que je perdrai du poids sans même me restreindre. J’ai juste troqué les pâtes blanches pour des complètes et rien qu’avec ce changement j’avais déjà perdu 3 kg”, a-t-il récemment confié au magazine.

Nos confrères de Gala ont voulu savoir ce que ça lui faisait d’être le seul juré historique du programme. “Pour commencer, je suis tellement heureux que l’émission reprenne parce que ça fait tout de même deux ans… Concernant les trois nouveaux juges, je pense qu’on est tombés sur des perles absolues. Denitsa Ikonomova a gagné l’émission 4 fois, elle est incroyable. François Alu est l’un des premiers danseurs de l’Opéra de Paris, mais il est aussi chorégraphe et comédien. Et puis, on a Jean Paul Gaultier, l’enfant terrible de la mode…”, a-t-il ainsi répondu dans les colonnes du magazine Gala le 17 septembre 2021.

« En plus de la fatigue, il y a les douleurs, les fièvres, les articulations qui font mal…«
Et Chris Marques a l’esprit collaboratif. Alors s’il peut aider ses collégues, il les épaule avec grand plaisir. “DALS est une émission avec des mécaniques très particulières qui ont été remaniées cette saison. La production s’est assurée que les nouveaux juges les comprennent. On échange beaucoup tous les quatre. Moi j’ai un avantage, ça fait onze saisons que je suis là, donc toutes les erreurs à commettre, je les ai commises (il rit), alors autant leur donner tous les conseils possibles ! Mais avec ce nouveau jury, on a aussi quatre regards différents. Je ne veux pas teinter leur vision et leur fraîcheur sur le programme.”, poursuit-il ainsi auprès de nos confrères de Gala.

On pourrait se dire cependant qu’après 11 ans sur le même programme, on finit par se lasser. Mais c’est loin d’être le cas pour l’ancien champion du monde de salsa ! “Ce qui est génial avec la danse, c’est qu’on peut en voir deux qui sont chorégraphiquement identiques, dansées par les mêmes danseurs, mais sur des jours différents, on découvre de nouvelles choses. Onze saisons plus tard, je vais voir des choses que je n’ai jamais vues auparavant. Découvrir ce que dégagent les couples, c’est excitant en tant que metteur en scène !”, explique-t-il en effet.

« On a trouvé plein de stratagèmes pour pouvoir continuer à danser »

Au cours de cet entretien pour le magazine Gala, il finit par évoquer la maladie dont il a longtemps souffert, la fibromyalgie. “J’ai eu la fibromyalgie pendant un peu plus de dix ans. En plus de la fatigue, il y a les douleurs, les fièvres, les articulations qui font mal… Avec ma femme, on s’est dit que si on admettait que j’avais cette maladie, dans le professionnel, c’était fini. On a pris la décision d’en informer nos parents, mais on n’en a jamais parlé.”, a-t-il ainsi lâché.

Et de poursuivre : “En revanche, on aménageait tout. On vivait uniquement pour pouvoir continuer à exister dans notre monde professionnel et on a trouvé plein de stratagèmes pour pouvoir continuer à danser. On est quand même devenus champions du monde en étant malade. Il ne faut pas que les gens se disent qu’on ne s’en sort jamais. C’est pour ça que j’ai décidé d’en parler.”, a-t-il en effet fini par conclure.

En parallèle à sa carrière, le chorégraphe a écrit un livre intitulé Si seulement vous saviez. Dans cet ouvrage, il revient sur sa longue maladie. Pendant des années, les médecins n’ont pas réussi à poser un diagnostic sur ce dont il souffrait. Heureusement, aujourd’hui, il sait qu’il est atteint de fibromyalgie, après une batterie d’examens médicaux.

« Il y a eu des moments de désespoir intense »

« Mais quand vous ne saviez pas ce que vous aviez – parce qu’il y a eu plusieurs hypothèses, à un moment on croit même que vous avez le SIDA, c’est ce que vous dit un médecin – vous vous disiez quoi ? Vous vous disiez que c’était peut-être le destin ? Vous étiez fataliste, ou vous étiez combattant ?« , lui demande Jean-Marc Morandini dans son programme tv sur CNews.

Pourtant, même dans le pire des scénarios, Chris Marques n’a jamais fait preuve de manque de courage. « Je me suis jamais posé la question en me demandant si c’était la fin. Il y a eu des moments de désespoir intense certes, mais jamais je me suis demandé si j’allais tout arrêter », a-t-il en effet répondu. Une belle preuve de volonté.