Jean-Alexandre Trogneux, le neveu de Brigitte Macron, est en colère, c’est le moins qu’on puisse dire. Président de l’association Les Macarons d’Amiens, il s’est récemment plaint suite à une décision assez étrange du président du département de la Somme. La rédaction de nous va vous expliquer ce qu’il s’est réellement passé.

Brigitte Macron: Alexandre Trogneux en colère contre le département de la Somme

Alexandre Trogneux vient d’être victime d’une nouvelle déconvenue. En effet, comme nous le rapportent nos confrères du “Courrier Picard“, le département a distribué des boîtes de macarons à ses employés. Si le cadeau est plutôt sympathique, celui-ci a tout de même provoqué la colère de l’association Les Macarons d’Amiens. Et si l’organisation est en colère, c’est parce que les friandises en question ont été fabriquées à Cambrai dans le Nord et non au sein même du département.

Dans une lettre adressée au président du département de la Somme, le gérant de nombreuses chocolateries, Jean-Alexandre Trogneux a donc fait part de sa surprise. En effet, les friandises sont selon lui, fabriquées “avec peu de respect des critères qualitatifs de notre cahier des charges“. Le neveu de Brigitte Macron précise également espérer “qu’il ne s’agisse que d’une maladresse pour le représentant du pays de Somme” et s’est dit “curieux de connaître les raisons d’un tel choix”.

Le président du département répond

Evidemment, Stéphane Haussoulier, le président du département, a répondu rapidement au courrier du neveu de Brigitte Macron et assure qu’il y a eu un appel d’offres et qu’aucun commerçant de la Somme n’y a répondu : “L’appel d’offres des paniers a été lancée le 5 octobre pour une durée d’un mois, mais aucun commerçant de la Somme ne s’est positionné” déclare-t-il tout d’abord. Il poursuit son propos en indiquant que les commerçants auraient pu faire quelque chose pour éviter cela : “si l’appel d’offres était trop important, les commerçants auraient très bien pu se regrouper, mais non”.

C’est finalement la maison Comtesse du Barry, basée à Gimont dans le Gers, qui a été choisie pour distribuer les paniers de friandises. Mais Stéphane Haussoulier l’assure, il n’y a aucun problème avec la famille Trogneux, au contraire : “comme toutes les collectivités, le département est soumis à des règles qui ne me permettent pas d’imposer une provenance locale des produits”. Pour faire un geste d’apaisement, la Somme a décidé de se rattraper en distribuant 7.000 cartes prépayées d’une valeur de 80 euros, utilisables dans les commerces de proximité. Reste à savoir si cela suffira.