Bernard Tapie a toujours eu la langue bien pendue. C’est ce qu’il a encore démontré ce dimanche 31 janvier. Sur le plateau de 20h30 Le Dimanche, l’ancien président de l’OM a fait quelques révélations à Laurent Delahousse. Il saurait comment le gouvernement a choisi d’opérer concernant le vaccin contre la Covid-19.

Ce dimanche 31 janvier, Laurent Delahousse invitait le sulfureux Bernard Tapie sur son plateau. Au sein de la rédaction de nous, on se souvient des frasques de l’ancien homme d’affaires. Mais les temps ont changé et l’homme souffre aujourd’hui d’un double cancer de l’œsophage et de l’estomac. Il a ainsi expliqué comment il luttait au quotidien contre la maladie. D’après lui, il aurait recours à des traitements « quasi expérimentaux » pour se soigner. « Les traitements qui étaient efficaces ont fait leurs preuves. J’avais perdu 75% de mes tumeurs et, en deux mois, elles avaient doublé avec des métastases. J’en suis qu’on attend, on cherche… « , a-t-il ainsi témoigné.

Mais depuis la crise sanitaire, Bernard Tapis perd tout espoir. Et il en veut au gouvernement. Cet ancien homme politique s’est dit exaspéré devant le journaliste de France 2. Il a même dévoilé bien connaître le PDG de Moderna, Stéphane Bancel. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais Moderna, c’est l’un des premiers laboratoires à avoir trouvé un vaccin contre le coronavirus. D’après Bernard Tapie, Stéphane Bancel aurait fait des révélations qui en disent long sur la gestion gouvernementale.

« Si jamais il y en a trois qui meurent, c’est foutu… «

« Il m’a dit, quand je l’ai appelé : ‘Bernard, j’ai parlé aux autorités françaises la première fois de mon vaccin en avril ! Je demandais du fric… et ils ne m’ont même pas répondu. » , a ainsi lâché l’ancien député de la ville de Marseille devant Laurent Delahousse. Et de poursuivre : « Si, au départ, monsieur le président dit ‘banco on fait les vaccins’, si jamais il y en a trois qui meurent, c’est foutu… « .

Sous les projecteurs, il commence visiblement à s’emballer. « Alors qu’il vaut mieux qu’il y’en ait 5 000 qui meurent en plus et qu’il n’y ait aucun risque, que le contraire ! Mais mettez-vous à la place des gens qui ont le pouvoir », continue-t-il ainsi. « Moi, je lui reproche de ne pas se dire ‘Je ne serais peut-être pas réélu, mais les réformes, je les fais”. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à 78 ans, Bernard Tapie semble remonté contre nombre de personnes. Car mardi 2 février, il éructait contre l’actuel président de l’OM.

Plus personne au bout du fil !

« L’OM donne un spectacle, arrêtons les frais ! S’il n’est pas content, je comprends, mais maintenant il y en a un autre qui doit l’imiter, c’est celui qui est en train de foutre cette pagaille ! De lui-même, il doit comprendre qu’il n’est pas à sa place ! », s’insurgeait-il ainsi par téléphone lors de l’interview en direct avec France Info. Mais l’interview fut de courte durée ! Après avoir traité Jacques-Henri Eyraud d’ “abruti”, Bernard Tapie a tout simplement raccroché au nez de la journaliste !