Depuis son tube “Ma philosophie”, la chanteuse Amel Bent a fait une belle carrière dans l’industrie musicale. Elle a également connu de douloureuses épreuves dans la vie privée. Mais elle peut toujours compter sur sa sœur de cœur, Diam’s. Sur le plateau de C à vous, elle revient sur ce titre qui a lancé son succès.

Amel Bent a plus d’une corde à son arc. Ce jeudi 21 janvier, la maman de Sofia et de Hana a annoncé sur le plateau de C à vous une belle nouvelle qui a sûrement réjouit ses fans. Car la chanteuse sera au casting du film Sandales blanches, diffusé sur France 2 le 25 janvier. A l’occasion de cette promotion, la chanteuse est revenue sur ses débuts dans la chanson. Anne-Elisabeth Lemoine a notamment voulu en savoir plus sur le tube “Ma philosophie“, qu’elle a écrit avec Diam’s.

Ses débuts avec Diam’s

Plongée dans ses souvenirs, Amel Bent a eu plaisir de raconter l’anecdote : “Quand on écrit avec Diam’s cette chanson, elle me demande ce que j’ai envie de dire, et je lui dis j’ai envie de me raconter, mes craintes mes espoirs, pas que le négatif aussi le positif, tout le courage que j’avais en moi pour changer ma vie“.

“C’est ma carte d’identité.”

Pas de doute pour Amel Bent, elle s’identifie absolument avec ce titre. “Cette chanson c’est moi en fait, c’est ma carte d’identité et je me suis rendue compte que je ressemblais à beaucoup de gens“. En effet, on n’est jamais autant universel que quand on raconte avec justesse sa propre vie. C’est ce qu’a ainsi réalisé la coach The Voice qui se reflète dans “la vie des autres“, avec sincérité. Au sein de la rédaction de Distractify, on est complètement dingue de cette chanson qu’on continue à écouter régulièrement !

Dans ces conditions, quand c’est le cœur qui parle, pas étonnant que le succès soit au rendez-vous en peu de temps ! En effet, son single ne tarde pas à se classer numéro 1. Et puis son album “Un jour d’été” remporte une Victoires de la musique en 2006. Cette cérémonie, Amel Bent s’en souviendra certainement toute sa vie. Sur le plateau de C à vous, l’interprète d’Où je vais n’a pas caché son émotion en visionnant les archives.

“Un truc de dingue”

Elle avait pourtant revu l’événement avec ses deux filles Hana et Sofia. “J’ai repleuré avec elles, elles ont pleuré aussi, elles n’avaient pas compris pourquoi je pleurais, alors je leur ai expliqué qu’on pouvait aussi pleurer de bonheur et que ce jour là, c’était vraiment un jour de joie pour moi, pour toute la famille, pour mamie Couscous, leur grand-mère, ma mère, que je salue“. Et de préciser : “C’est toujours très émouvant de revoir ces moments où on est récompensé“.

Ce 4 mars 2006, Amel Bent a su garder la tête sur les épaules, même si elle avoue que c’était “un truc de dingue“.”J’étais très terre à terre. J’étais persuadée que je prenais une trajectoire différente mais que j’allais revenir à ma vie de départ. J’ai vécu chaque moment comme si ça allait s’arrêter à chaque fois“. Mais à chaque fois, elle a su rebondir de plus belle. Bravo Amel !