L’Afsca, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, en mettant en cause la présence d’oxyde d’éthylène, a décidé d’appeler les consommateurs à ramener plusieurs produits qu’ils ont achetés en magasin. C’est le moment de regarder vos placards et de vérifier que vous ne consommez pas ces produits qui peuvent représenter un risque sanitaire. On fait le point avec vous.

Alerte rappel produits: L’oxyde d’éthylène à l’origine du communiqué de l’Asfca

Alerte rappel produits: L’oxyde d’éthylène est un insecticide que l’on retrouve généralement dans les glaces, les gâteaux et dans certains filets de poissons. Depuis un an, les rappels concernant des produits contaminés ne cessent d’augmenter et les polémiques enflent. L’ONG Foodwatch a d’ailleurs donné le signal d’alarme, et explique en quoi cet insecticide représente un vrai problème :

“Ce désinfectant gazeux utilisé dans des pays hors Union Européenne pour prévenir toute contamination bactériologique des matières premières (salmonelle notamment) n’est pas autorisé en Europe car il est cancérogène, mutagène et il nuit à la reproduction. Des millions de références de produits alimentaires ont été rappelées en France car elles contiennent des ingrédients traités illégalement à l’oxyde d’éthylène. Ça veut dire qu’ils sont non-conformes ; ils n’auraient jamais dû se retrouver dans nos supermarchés. Suite à l’alerte lancée par la Belgique en septembre 2020 sur le réseau européen, on a d’abord découvert que les graines de sésame concernées dans nos biscuits, pains, houmous et autres plats préparés provenaient d’Inde. Aujourd’hui, la Turquie s’ajoute à la liste car la farine de caroube utilisée notamment pour les glaces est également contaminée.”

Plusieurs glaces sont retirées de la vente

Si vous avez l’habitude de consommer les marques suivantes, vérifiez immédiatement votre congélateur : Côte d’OR, Extrême, Milka, Daim et Toblerone. C’est votre santé qui est en jeu alors si vous trouvez des produits correspondant chez vous, rapportez-les dans le magasin où vous les avez achetés. Si cette information a pris de l’ampleur, c’est que la Commission européenne a décidé de retirer tous les produits qui contiennent de la caroube (additif E410) contaminée à l’oxyde d’éthylène du marché européen. On parle ici de plus de 9300 produits. En France, et seulement depuis le début du mois d’août, se sont déjà 360 références qui ont été retirées des rayons en France, et parfois des marques de crèmes glacées, biscuits et gâteaux très appréciées et vendues.

Alerte rappel produits: Selon l’ONG Foodwatch, le manque de contrôles concernant les produits alimentaires est évident, raison pour laquelle l’ONG se déclare “consternée par l’origine de ce scandale“. D’autant plus que l’utilisation de l’oxyde d’éthylène est interdite depuis 2011 : “Comme pour toutes les autres substances classées CMR, il convient de limiter au maximum l’exposition des consommateurs à cette substance, un risque pouvant exister sur le long terme en cas de consommation de produits en contenant” explique la DGCCRF.

Un produit interdit pourtant bien présent sur le sol européen

Le scandale vient avant tout de ce manque total de contrôle puisqu’un produit interdit circule activement sur les territoires européens. La décision de la commission européenne devrait permettre de limiter les dégâts. La fraude a été révélée au commencement par des graines de sésame d’Inde, mais finalement, elle était bien plus vaste que cela. Elle concernait également des produits qui étaient exportés du Vietnam, de la Chine, de la Jordanie ou encore de la Turquie.

L’ONG Foowatch se dit surtout, en conclusion de son communiqué, “consternée par le manque évident de transparence et d’informations pour les citoyen.nes sur cette crise sanitaire. Avec nous, demandez les mesures indispensables pour éviter un nouveau scandale“.

Un précédent scandale en 2017

Alerte rappel produits: Même si la législation concernant la santé publique est stricte en Europe, cela n’empêche pas certains scandales d’éclater. C’était le cas en 2017 avec les œufs contaminés au fipronil (un autre insecticide et acaricide). L’AFSCA a mené une enquête après avoir été alertée par la Belgique. Cette enquête a réussi à mettre en lumière le fait qu’une entreprise néerlandaise, appelée Chickfriend, a revendu des traitements acaricides contre le pou rouge pour des poules pondeuses, achetés par une entreprise belge.

Or, ces traitements qui contiennent du fipronil sont interdits pour les animaux destinés à la consommation humaine. Des millions d’œufs de poule ont donc dû être retirés du commerce. Dans un monde où les citoyens sont de plus en plus soucieux de faire attention à ce qu’ils mangent, ce genre de scandales met à mal la crédibilité de certaines grandes marques. Pensez surtout à vérifier vos frigos et placards dès qu’un scandale éclate.