Après nos confrères de Paris-Match, Alain Delon a accepté de parler en direct à des journalistes. Déterminé à ne pas se laisser embêter, il donne aux journalistes sa façon de pensée sur tous les sujets ! Décidément, on ne s’ennuie jamais avec ce monstre sacré du cinéma !

Alain Delon a toujours eu le chic de dire tout haut ce que tout le monde pense en secret. En tout cas, il a réponse à tout et défie la mort !

Alain Delon jette un pavé dans la mare !

Avant ce retour en fanfare, personne n’aurait pu imaginer qu”Alain Delon apparaisse sur le devant de la scène médiatique. Dès lors, la presse avait pris l’habitude d’interroger les enfants de l’acteur pour glaner quelques informations sur sa santé. Si les membres de son entourage refusent de répondre aux questions, les plus vives polémiques commencent à se répandre. Juste après un accident vasculaire cérébral, on murmure de folles rumeurs anéantissent sa légende, notamment celle qu’on ne pourra jamais l’entendre à nouveau parler de lui à la troisième personne. Contre toute attente, l’acteur va reprendre des forces au point de surprendre encore ses fans. Ces derniers vont tomber de haut en découvrant sa rhétorique !

Ses proches n’oublieront jamais

La complicité qui unit ces deux êtres est incroyable. D’ailleurs, lorsqu’Alain-Fabien se rend à son chevet, il évoque un profond sentiment de malaise. Il se sent désemparé et cela va le hanter toute sa vie. “Ça m’a vraiment choqué… Pour moi, il n’allait plus revenir. Je n’arrivais pas à m’imaginer autre chose.” Cette vision digne d’un film d’horreur à l’hôpital, il ne l’oubliera jamais. Comment envisager qu’Alain Delon meurt dans de telles conditions ? Et même s’il revenait, il avoue avoir eu peur qu’il ne soit plus du tout celui qu’il a toujours connu. Voici comment il résume ses propos. “Vous voyez cet homme, qui est votre père, que vous aimez plus que tout, qui est relié à des machines, et ça fait bip”

En tout cas, à 85 ans, Alain Delon semble avoir retrouvé ses facultés mentales et surtout son éloquence verbale. De l’avis de tous les médecins ainsi que son entourage, il “revient de loin” ! Après une longue période de convalescence, l’acteur a eu ce furieux d*sir de vivre ou bien de penser que son heure n’était pas venue. Dans cet article, nous  vous racontait qu’il avait aussi rencontré à nouveau l’âme sœur ! Ah celui-là, c’est un sacré Don Juan…s’il n’existait pas, on l’inventerait !

L’avis bien tranché d’Alain Delon fait débat

En secret, Alain Delon semble déjà connaitre les détails de son grand départ. Réconcilié temporairement avec la vie, il précise sans prendre de pincettes à nos confrères de Paris-Match qu’il “hait cette époque, je la vomis. Tout est faux, tout est faussé. […]Je sais que je quitterai ce monde sans regrets.” Fait-il allusion aux rumeurs qui faisaient état d’un handicap ou d’une paralysie ? Même s’il ne désigne pas ses détracteurs, son attitude en dit long ! Visiblement, ses proches ont tout intérêt à respecter ses dernières volontés. Ce qu’il nous décrit n’est absolument pas ce qu’on pourrait imaginer en termes d’hommage national. “Tout est prêt, j’ai ma tombe dans ma chapelle, il y a six places”

Pour autant, la Faucheuse ne semble pas être au rendez-vous. En ce qui concerne les fans d’Alain Delon, ils peuvent souffler et comptent sur lui pour encore les étonner. En coulisses, il est convaincu qu’il aura le dernier mot. Lorsqu’il évoque l’euthanasie, il a un avis catégorique sur le sujet. À l’instar de son amie Line Renaud, il est un fervent partisans de la fin de vie dans de meilleures conditions.

D’ailleurs, pour ceux qui pourraient éventuellement choquer, Alain Delon nous raconte que son point de vue ne date pas d’hier ! “D’abord parce que j’ai beaucoup vécu et que je vis souvent en Suisse, qui sont les premiers bénéficiaires de ça.” Il espère sincèrement que les Français changeront d’avis à ce sujet et seront moins hermétiques là-dessus. Plus que jamais, il estime que c’est “la chose la plus logique qui soit. Et la plus naturelle ! À partir d’un certain âge, d’un certain moment, on a le droit de choisir de f**tre le camp tranquillement, sans passer par les hôpitaux, les piqûres ou les machins.” Et vous cher lecteur d’nous, qu’en pensez-vous ?