De temps en temps, les vendeurs regrettent d’être venus sur le plateau d’Affaire conclue. Face à l’attitude de Sophie Davant et Harold Hessel, Peter a qu’un seul souhait : faire demi-tour avec ses tables sous le bras !

Affaire conclue est une émission pleine de rebondissements. Alors que Peter pensait faire une bonne transaction, Sophie Davant gâche tout !

Affaire conclue, une émission mythique !

Ce lundi 4 octobre, c’est la catastrophe dans Affaire Conclue ! En effet, personne ne sait pas quelle mouche a piqué Sophie Davant. C’est simple, on dirait que son esprit est resté en vacances ou bien qu’elle n’est pas du tout réveillée. Quant à Harold Hessel, son attitude va également chambouler les téléspectateurs. Comme on peut le lire dans son portrait réalisé par nous, lui qui est d’ordinaire si discret va littéralement être envahi par la honte ! D’ailleurs, face à ce moment incroyable, s’il avait pu se cacher sous terre ou s’enfuir à toutes jambes, il l’aurait fait sans la moindre hésitation. C’est la quatrième dimension. En somme, si on avait été à la place de Peter, on aurait certainement fait demi-tour.

Sophie Davant totalement perdue…

Lorsque Harold Hessel examine les tables de Peter, il n’en croit pas ses yeux. Il s’agit d’une création de Pierre Vandel. Ce disciple du grand Pierre Cardin a largement profité de ses conseils pour réaliser des chefs-d’œuvre. Donc, quand un brocanteur tombe sur pépite de ce genre, il ne la laisse vraiment pas passer. Du reste, grâce à son mentor, ce fabricant a eu son heure de gloire dans les années 60-70. C’est dire si le style un peu décalé voir vintage est actuellement de retour à la mode. Aussi, le spécialiste estime que Peter a toute sa place dans Affaire Conclue. Hélas, lorsque ce dernier s’apprête à rejoindre la salle des ventes, l’épisode va prendre une tournure inattendue.

Tout d’abord, Le commissaire-priseur commence à faire un cours d’histoire sur Pierre Vandel ainsi que Pierre Cardin. Malheureusement pour lui, Sophie Davant ne tient pas en place. Elle veut absolument se rendre utile et va l’interrompre dans son exposé. Maladroite, il lui arrive de faire tomber des choses. Souvent, on est vraiment proche de la catastrophe. L’aventure du vendeur ressemble alors à des montagnes russes. S’il est cassé, l’objet est bon pour la poubelle ! Cette fois, ce n’est pas un dommage matériel, mais plus une étourderie de débutante. Incapable de remettre les tables dans leur état initial, elle va décider de tirer la sonnette d’alarme. Comment faire pour rattraper les dégâts sans que Peter ne prend la poudre d’escampette du plateau d’Affaire Conclue ?

…son acolyte Harrold Hessel n’est pas mieux !

Harold Hessel a beau savoir que ce lot de tables a de la valeur, il ne remporte pas plus de succès que la présentatrice d’Affaire Conclue. Exaspéré, Peter vient à la rescousse. En quelques minutes, il les dézingue, mais avec le sourire. Il leur prouve que les meubles étaient tout simplement gigognes. Tout rouge, Sophie Davant utilise une boutade péjorative sur ses cheveux. La gent féminine concernée appréciera ! « Vive la blonde ! (…) Il y a des moments où je me sens très très seule ! Pardon ! » Au moins, elle a fait des excuses ! Qu’en est-il de son camarade Harold Hessel ? Va-t-il reconnaitre qu’il a peut-être été trop vite ou bien appuyer sur la faiblesse de son amie ?

Contre toute attente, Harold Hessel va voler à la rescousse de Sophie Davant. Il estime qu’il n’a pas été efficace cette fois. Au lieu de le remercier d’avoir au moins essayé, l’ex-femme de Pierre Sled va l’enfoncer de plus belle. « Vous pensiez qu’elle n’allait pas dessous ? Donc vous êtes aussi blonde que moi ! » Si nous résume, pour s’en sortir, la présentatrice n’hésite pas à réduire en miettes le commissaire-priseur, comme si c’est lui qui avait commis la faute. Souvent critiquée pour son excès de zèle, la mère de Valentine et de Nicolas devrait se méfier de l’eau qui dort. En effet, tous les professionnels de la brocante ne sont pas aussi patients que l’adorable Harold Hessel. Juste après ce loufoque épisode il essaie de continuer son expertise. Hélas, on se rend bien compte que le « mal » est fait. Entre le rire et la gêne, c’est vraiment compliqué !

Qu’à cela ne tienne, vu qu’il lui doit une fière chandelle, il est prêt à tout assumer, quitte à endosser les gaffes de l’autre sur son dos ! En somme, même si la séquence figurera certainement dans les bêtisiers de fin d’année, ça fait des souvenirs, vous ne trouvez pas ? Suite au prochain numéro ! En attendant, longue vie à ce genre de moments dans Affaire Conclue !