D’un naturel très discret, Gims s’est laissé aller à de nombreuses confidences sur le plateau de Sept à Huit.

© TF1

Ce dimanche 6 juin, Gims était l’invité de « Sept à huit ». Pour l’occasion, le chanteur s’est livré sur plusieurs sujets. Et notamment sur le racisme et les injures qu’il a subies et continue de subir. La rédaction distractify va vous expliquer ce qu’il a dit exactement sur le sujet. Vous êtes prêts ?

Gims refuse d’enlever ses lunettes

Depuis sa première apparition avec les Sexion d’Assaut, Gims se montre toujours avec ses lunettes. Invité par Audrey Crespo-Mara sur le plateau de “Sept à Huit”, le chanteur s’est exprimé sur le sujet. D’ailleurs, pour tenter d’avoir une exclusivité, la présentatrice lui a demandé s’il pouvait enlever ses lunettes. Eh bien, la demande a été immédiatement refoulée par un “Non !” sec et précis. Il explique :”En fait, ça fait longtemps que je les ai, j’ai fait tellement de choses avec, que ça serait fou de les enlever là, maintenant“.

Mais pour quelle raison ? Eh bien c’est simple, il a peur. Peur de montrer ses yeux :”J’ai peur, ça me fait peur de les enlever là, maintenant !“. Il est capable de soulever des montagnes, de faire des choses bien plus terrifiantes, mais pas d’enlever ses lunettes :”On peut me demander autre chose, on peut me demander de soulever un camion, je vais tout faire pour, mais là, enlever mes lunettes, comme ça, j’ai peur !”. Voilà qui est dit.

Gims parle du racisme dont il a été victime

Livreur noir violenté, caissière agressée, la chanson des Bleus controversée, de nombreux actes racistes sont mis en avant par les médias ces dernières semaines. Dans son interview avec Audrey Crespo, Gims a pris la parole sur le sujet. Selon le chanteur, il n’y a pas pire que de s’en prendre à quelqu’un pour sa couleur de peau : “Il n’y a pas plus grande injustice que de s’en prendre à quelqu’un pour une couleur qu’il n’a pas choisie. Moi, je ne me souviens pas d’avoir choisi ma couleur“. Il insiste ensuite et déclare : “En général, on s’en prend à quelqu’un pour des actes qu’il aurait faits, pour des choix qu’il a faits“.

Mais ensuite, Gims s’est montré un peu plus bavard. En effet, le chanteur s’est laissé aller à quelques confidences, expliquant qu’il a déjà été victime de racisme dans sa vie. Et notamment lorsqu’il était enfant. Il est aussi conscient que les problèmes de l’époque, sont aussi les problèmes d’aujourd’hui :”Ce qui choque, c’est que les blagues qu’on a pu me faire, on les fait encore aujourd’hui. À des enfants qui avaient mon âge. On m’a traité de singe ou de macaque, de sale Noir. Et les enfants, aujourd’hui, en 2021, c’est la même chose“.

La France n’est pas un pays raciste

Malgré ce constat alarmant, Gims ne veut pas mettre tout le monde dans le même sac. En effet, pour lui, la France n’est pas un pays raciste, ce sont quelques brebis galeuses qui le sont : “Je ne peux pas dire que la France est un pays raciste. Ce serait condamner des innocents. Ça serait condamner des gens qui ne le sont pas“. D’autant plus que le chanteur possède un public français fidèle. Il ne peut donc pas faire d’un cas, une généralité. Et c’est tout à fait normal n’est-ce pas ?

Gims se veut être un haut-parleur pour les gens victimes de racisme. Et il se battra toujours pour ceux qui en ont besoin :”Je n’ai pas grandi à Kinshasa, j’y suis né. Je suis congolais d’origine, mais j’ai fait mes dents, mes pas ici. Avec les gens d’en bas, du peuple. Quand on dit que je suis un haut-parleur, je suis un haut-parleur pour le peuple. Ce sont eux qui achètent mes disques. Je ne peux pas dire que ces gens sont racistes. Ce n’est pas vrai“. L’interprète de 35 ans se veut tout de même optimiste pour l’avenir : “Le mal est là, mais le bien domine et dominera toujours“. On espère qu’il aura raison.