Alessandra Sublet publie un nouveau livre “J’emm*rde Cendrillon”. Désormais à nouveau célibataire, elle fait le point sur ses histoires d’amour passées.

Alessandra Sublet se dit aujourd’hui épanouie et célibataire. Elle s’apprête à sortir un second livre intitulé « Jemm*rde Cendrillon ». Cet ouvrage fait suite à “T’as le blues baby” paru en 2013. Elle évoquait alors sa déprime qui a suivi son accouchement. Ce livre avait connu un grand succès.

“Comme dans les films, je l’aurais appelé pour qu’il m’emmène, tel Zorro…”

“J’imaginais qu’avoir un enfant, c’était un rêve auréolé de bleu et rose”, raconte ainsi Alessandra Sublet dans “T’as le blues baby”. “Mon ventre allait s’arrondir sous le regard tendre de mon amoureux. Comme dans les films, je l’aurais appelé pour qu’il m’emmène, tel Zorro, de toute urgence à la maternité.

Le problème, c’est donc qu’Alessandra Sublet rêvait d’une maternité sans problème. Parce qu’on tend à véhiculer cette image dans la société. « J’aurais pleuré en entendant le premier cri de mon bébé. Jolie et épanouie, avec un beau sourire ultra-bright, je l’aurais bercé avec douceur. Mais rien, jamais, ne se passe comme dans les films”, explique encore l’ex-présentatrice deC à vous.

“Quand le baby blues s’est invité dans ma vie, mon pire cauchemar a commencé”, révèle-t-elle. “Jamais je n’aurais imaginé que, arrivée à la maison, je me sentirais si démunie avec ma chute d’hormones vertigineuse, mes trente-quatre heures de sommeil en retard et, surtout sans aucun mode d’emploi”.

“J’ai beaucoup pleuré”

Dans les colonnes du magazine Elle, Alessandra Sublet raconte encore avec détails ces « grands moments de solitude ». « J’ai beaucoup pleuré et j’ai même honteusement rêvé que mon mec disparaissait avec ma fille le temps d’un week-end pour pouvoir souffler. […] On lit partout que grossesse et bébé riment avec plénitude, mais on ne raconte ni la fatigue, ni les coups de blues. »

C’est ainsi qu’Alessandra Sublet a décidé d’écrire ce livre pour aider et réconforter les autres mamans. Car, comme elle tient à le rappeler, “tu as le droit d’avoir le blues… baby!”.

La jolie brune change de registre avec son nouvel opus “J’emm*rde Cendrillon”. Il sera disponible en librairies le 27 mai prochain. “Cendrillon, c’est l’image indécrottable de la femme parfaite. Pour les femmes comme pour les hommes. Pour elle, l’histoire s’arrête quand elle se marie avec le prince. Mais on ne sait pas ce qu’il se passe quand elle a des gamins. Et qu’elle est à la fin de sa vie.”, dévoile Alessandra Sublet à nos confrères de Télé 7 Jours au sujet.

“J’ai vécu quatre années formidables avec mon ex-mari”

Alessandra Sublet passe ainsi en revue ses différentes histoires d’amour. Il y a notamment son divorce avec le réalisateur Clément Miserez. C’est tout simplement le père de ses leurs deux enfants, Charlie et Alphonse. Il y a aussi son premier mari, Thomas Volpi, avec qui elle partage la garde d’un chien.

“J’ai vécu quatre années formidables avec mon ex-mari, et se séparer est la meilleure chose que nous ayons faite. Nous avons des rapports extraordinaires et partageons la garde de Max, le chien, qu’aucun de nous n’était prêt à céder ! Je pense que c’est mieux de s’être séparé avant d’avoir des enfants“, confiait-elle à Paris Match en 2010.

“Il est mon ticket pour l’aventure”

Et récemment, nous apprenions sa rupture avec le beau Jordan Deguen. Elle aura vécu plus de deux ans à ses côtés. « Je suis Lyonnaise et,pendant deux ans et demi, j’étais avec un chéri qui habitait l’arrière-pays cannois et avec lequel j’ai sillonné tous les beaux paysages de cette côte. Je me suis dit : ‘c’est ici que j’ai envie d’être’“, a-t-elle en effet confié au magazine Elle.

Mais aujourd’hui, elle savoure ainsi le paysage sans lui. “Là, j’ai besoin d’être seule. J’ai trouvé mon équilibre. Je suis heureuse, sans prince charmant, mais heureuse”, a-t-elle en effet ajouté.

Dans son livre, elle dévoile en effet également une aventure avec un tennisman. Elle serait ainsi partie à l’autre bout du monde pour ses beaux yeux. “En rien il n’est mon prince charmant. Je n’en tombe pas amoureuse et je ne le suis pas pour ce qu’il est. Il est mon ticket pour l’aventure. Il y a des opportunités qui passent, dans la vie, mais la plupart des gens ne les attrapent pas au vol. “, dévoile-t-elle ainsi à ses lecteurs. Qui est-ce ? Elle ne donne en effet bien sûr aucun nom !