C’est une rupture très douloureuse dont a fait part le chanteur. Quoi de pire que d’apprendre qu’on est largué par message ?

Le chanteur s’est énormément livré dimanche 28 mars. Il a en effet accordé une interview à la journaliste Audrey Crespo-Mara dans Sept à Huit sur TF1. On a du mal à le croire, mais le chanteur a longtemps été scout. “J’ai été scout jusqu’au premier album ! Ça m’a apporté énormément de trucs parce qu’il y a un rapport à la nature et à la communauté qui est dingue”.

Vianney: “Ça peut paraître réac de la part d’un chanteur”

Fils de militaire et de professeur, il a fait ses années lycées au prestigieux lycée militaire de Saint-Cyr. “On n’a pas le droit d’être égoïste. (…) Il y a un rapport à l’autre que je trouve génial. (…) Ça peut paraître réac de la part d’un chanteur mais j’ai adoré porter l’uniforme. Je vous le jure, c’est la clef pour les jeunes, car ça nous pousse à nous intéresser à la personne sous l’uniforme, on ne se juge pas sur nos vêtements”.

Catholique pratiquant, Si le chanteur prie et va à la messe régulièrement, il admet qu’il est un peu un ovni parmi les artistes. “C’est vrai que je suis seul dans mon délire ! Je ne vois pas de gens du métier, à part deux ou trois qui se cachent mais je ne leur en veux pas. Je pense qu’il faut assumer qui on est. (…) Moi je n’en ai jamais souffert, les gens sont toujours compréhensifs car je ne fais pas d’évangélisation, je n’agresse personne avec tout ça.”, révèle-t-il ainsi au cours de l’interview.

“Les gens de confession musulmane ont plus de facilité à assumer qu’ils pratiquent, et c’est tant mieux. La limite c’est d’essayer de convaincre les gens, de vouloir les convertir. On n’est pas là pour ça”, relativise-t-il cependant.

“Je voulais ouvrir une boutique de vêtement”

S’il a décroché deux récompenses aux Victoires de la Musique en 2016 et en 2017, Vianney envisageait pourtant de travailler dans la haute-couture. “J’aimais dessiner et coudre. Je voulais ouvrir une boutique de vêtement et chanter le soir en rentrant chez moi, c’était ça mon projet de vie”, explique-t-il en en effet.

“Mon style ne fait pas rêver, mais je ne saurais pas être plus branché que ça ! Mais je pense que je gagne beaucoup de temps dans mes journées.”, relativise-t-il pourtant.

Son rôle de beau-père lui tient énormément à cœur

A 23 ans, le jeune artiste semble en tous cas bien plus mûr que son âge. Il faut dire qu’il prend son rôle de beau-père très au sérieux. Il élève en effet avec sa compagne, la violoncelliste Catherine Robert, la fille de cette dernière. « Je suis un beau-papa et ça, il n’y a rien de plus actuel”, reconnait Vianney se trouve parfois un peu passé de mode.

Vianney: “C’est presque un chemin de croix à certains égards.”

“J’ai découvert la beauté et la complexité, les joies et les peines d’aimer un enfant qui n’est pas le nôtre. C’est presque un chemin de croix à certains égards. (…) Pour un enfant, c’est difficile, il faut lui laisser du temps. Il faut aussi accepter de ne pas être le bienvenu forcément et garder le cap pour l’être pleinement”, dévoile-t-il en effet. L’artiste veut apporter son soutien aux parents adoptifs, aux familles recomposées et aux couples gays.

Et avant tout, il tient à exprimer son sens de la famille, plus fort que tout. “Je mourrais pour les miens”, plaide l’artiste au cours de l’interview. “Je sais que ça s’arrêtera même définitivement bientôt, je le ressens. Le jour où j’aurai des enfants, je n’aurai pas envie de tenir ce rythme-là, d’une vie de chanteur. Il faudra juste que je trouve l’équilibre pour continuer à faire des choses que j’aime mais en ayant assez de temps et de présence aussi pour les gens que j’aime”.

Alors forcément, cette fois où il s’est fait largué par mail, il l’a quelque peu digéré. Il avait raconté cet épisode intime de sa vie en 2016 à nos confrères du Journal du Dimanche. Alors qu’il faisait la promotion de son album Idées Blanches, le coach de The Voice a reçu un mail de sa compagne. Celle-ci l’informait de sa volonté de rompre avec lui.

“Mes prochaines chan­sons seront plus épurées. Et même si elles s’ins­cri­ront dans la conti­nuité du premier album, elles seront marquées par cette rupture, qui peut épou­ser d’autres thèmes, fami­liaux, envi­ron­ne­men­taux, sociaux.“, confiait-il alors dans les colonnes du JDD. Un souvenir douloureux mais qui ont l’espère, a été vite oublié !