Il y a quelques jours, Brigitte Bardot a adressé un message à Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique.

Comme à son habitude, Brigitte Bardot continue son combat pour la cause animale. Cette fois-ci, elle s’adresse ouvertement à la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. La défenseuse des animaux veut faire interdire une pratique qu’elle compare à un “massacre”. La rédaction d’nous va vous dire de quelle pratique elle parle.

Brigitte Bardot s’exprime dans une lettre ouverte

Si vous suivez un peu les actualités de Brigitte Bardot, vous savez sûrement qu’elle est une fervente défenseuse de la cause animale. Depuis de nombreuses années maintenant, elle voue sa vie à protéger ces compagnons domestiques et sauvages. Ainsi, ce dimanche 23 mai, l’ancienne actrice a réalisé une tribune chez nos confrères du “Journal du dimanche“. Elle appelle notamment les ministres à réagir face à la pratique de la chasse en enclos, qui consiste à tuer du gibier dans un espace délimité par des barrières.

Pour débuter la lettre, Brigitte Bardot met en avant le reportage d’Hugo Clément sur France 5. En effet, le journaliste présentait son enquête baptisée “Le Monde opaque des enclos de chasse“. Ainsi l’actrice commence par dire :“La chasse en enclos sur des animaux captifs, dans l’incapacité de fuir, est d’une lâcheté plus effroyable encore, une honte pour les hommes qui s’y adonnent et pour nos dirigeants qui laissent faire”. Elle poursuit son propos en indiquant ensuite : “La chasse en enclos montre tout le sadisme des personnes qui prennent plaisir à tuer, avec d’autant plus de facilité que les victimes sont enfermées, encerclées”.

Elle veut faire interdire la chasse en enclos

Toujours dans sa lettre, Brigitte Bardot prend ensuite exemple sur la récente condamnation de l’homme d’affaires Benjamin Tranchant. Ce dernier a été condamné par le tribunal correctionnel de Montargis pour des pratiques jugées illégales vis-à-vis du gibier sur un de ses domaines de chasse situé à Langesse, entre Gien et Montargis. Ainsi, la défenseuse des animaux, ne désire qu’une chose, que cette pratique soit interdite : “Il est temps d’agir et d’interdire cette chasse en enclos, c’est un massacre et une menace pour la biodiversité. En France, les chasseurs s’arrogent tous les droits et manipulent à loisir les politiques soumis à leur bon vouloir” explique-t-elle notamment.

Pour ce faire, elle illustre son récit d’exemples chiffrés. Dont notamment les “86% des Français“, qui sont contre la chasse à courre, d’après un sondage Ifop réalisé en mars 2021. Pour finir cette tribune, Brigitte Bardot veut faire réagir la ministre de la Transition écologique. Elle précise notamment :”Madame la ministre, vous n’avez pas de baguette magique mais vous avez le pouvoir d’agir, c’est un privilège rare, exceptionnel. Vous en avez le pouvoir, c’est donc un devoir”. Barbara Pompili fera t-elle quelque chose ?

La réponse de Barbara Pompili à Brigitte Bardot

Ce mardi 25 mai, sois deux jours après la lettre de Brigitte Bardot, Barbara Pompili était sur le plateau d’Europe 1 pour une interview. Dans celle-ci, la ministre de la Transition écologique n’hésite pas à dire qu’elle est d’accord avec la défenseuse des animaux. Elle déclare notamment : “Je pense comme Brigitte Bardot que c’est une pratique choquante. On met des grillages, des bêtes dedans et on les tue. Il y a un problème éthique à ce type de chasse“. Mais évidemment, une éventuelle interdiction, rappelle aussi la ministre, doit nécessairement passer par un changement législatif.

Ainsi, concernant une éventuelle abolition de la pratique, Barbara Pompili s’est montrée également favorable. Elle veut faire bouger les choses :”Si on peut le passer dans l’agenda législatif, passons-le. Ça me paraît court, mais si on peut faire bouger les choses, faisons-les bouger“. La ministre de la Transition écologique appelle donc la majorité de se saisir du dossier. Elle aimerait également que les chasseurs s’interrogent sur cette pratique : “Je sais qu’elle choque les chasseurs. Ils doivent se remettre en cause sur cette pratique-là, faisons avancer le débat !“. A la rédaction d’nous, on espère que le dossier avancera vite. Et vous, qu’en pensez-vous ?