Lidl tremble certainement déjà depuis cette annonce. D’ici la fin de l’année, ce sont trois magasins du roi du discount russe qui vont ouvrir en France d’après le magazine “Capital”. On vous explique tout !

Lidl, Aldi et les autres représentants du discount en France ont effectivement du soucis à se faire. L’arrivée de ce nouveau concurrent pourrait redistribuer les cartes plus vite que l’on ne le pense. Le géant russe du discount, Mere, va proposer des offres encore plus attractives que la star allemande, Lidl. nous en convient, il est difficile d’imaginer qu’une enseigne puisse baisser encore plus ses prix sans lésiner sur la qualité. Mais d’après nos confrères du magazine Capital, Mere est si populaire qu’il est surnommé le “Lidl russe”. Ensuite, ils nous en disent davantage sur l’identité de ces fameux nouveau magasins ainsi que sur la suite des événements.

Lidl risque de devoir faire preuve d’ingéniosité pour tenir la cadence

Les premiers magasins du Lidl russe devraient arriver avant la fin de l’année sur le territoire français. Capital précise même, d’ici “4 à 5 mois” suite à des réponses obtenues auprès de l’une des responsables de l’enseigne russe. Les premiers magasins seront au nombre de trois et ils vont s’installer dans trois villes différentes. Mais ces villes restent encore encerclées par les secrets.

Heureusement, il existe aujourd’hui plus de 1500 magasins Lidl en France. Ainsi avant que Mere ne puisse renverser la vapeur, il devrait s’écouler pas mal de temps. D’autant que le concept de ses magasins fait penser à ceux de Lidl à ses débuts. Cependant, Mere ne cherche pas à faire évoluer son concept. Il y a deux ans il arrivait en Allemagne et cette année, c’est au tour de la France de faire de la place à cette concurrence.

Dans les magasins Mere, pas de petites économies. Rien n’est laissé au hasard pour offrir des prix allant de 10 à 20% de moins, parfois même plus, que dans les grandes enseignes discount installées en France. Lidl, le géant allemand, voyait donc déjà s’installer le géant russe du discount sur son territoire d’origine il y a deux ans. Et si au départ il ne s’inquiétait pas, c’était tout de même une centaine d’enseignes qui ouvraient leurs portes. En France, ce sont seulement trois magasins pour commencer cette implantation.

Mais le filon pourrait prendre rapidement de l’ampleur. Pour proposer des prix si bas, Mere mise sur des économies sur le personnel, le loyer mais aussi sur ses magasins en eux-mêmes. C’est-à-dire que les produits ne seront pas mis en valeur comme dans des enseignes classiques. Ils seront sommairement disposés sur des palettes. De plus, toujours d’après le magazine Capital, nous apprend que les économies s’étendent jusque sur les équipements du magasin. Mais chez Lidl, l’équipe en magasin et la proximité avec les clients est essentielle aujourd’hui. De même que la communication publicitaire ou sur les réseaux sociaux. Des coûts que Mere n’estime donc pas nécessaires.

L’absence d’un personnel en nombre suffisant ne risque-t-il pas de dérouter les clients ? Est-ce que ce ne seront que des caisses automatiques ? Impossible de répondre pour le moment. Ce qui est clair, c’est que Lidl, Aldi et les autres tendent à prendre une grande place dans le domaine du discount. Mais que ces enseignes misent également sur la qualité de consommation de leurs clients et sur la publicité autour de leurs magasins. Or, Mere semble estimer que cela n’est pas la peine. Ce qui est donc de l’ordre de l’ultra-discount est de plus en plus délaissé par Lidl et ses concurrents actuels. Les magasins du “Lidl russe” vont alors pouvoir récupérer ce créneau sans trop de difficulté.

Des prix attractifs, que cachent-ils ?

Les prix des produits Mere seront apparement près de 3 fois moins cher que ceux présents chez Lidl, pour ce qui est de l’Allemagne. Ces magasins sont plus de 1500 en Russie. Ils se lancent à la conquête de l’Europe avec l’Allemagne, la Roumanie, la Lituanie, la Pologne. D’après nos confrères de Capital, ils se sont installés en Espagne au moi de mai et la suite se dirige non seulement sur la France mais aussi sur l’Angleterre.

Enfin, si les prix des enseignes Mere sont très attractifs, il convient de se méfier des étiquettes. D’après les consommateurs allemands notamment, les produits du “Lidl russe” étaient plus caloriques et la provenance n’était pas toujours claire sur les emballages. Les habitudes de consommation des Français ne correspondent donc pas à ces critères. Les consommateurs veulent savoir ce qu’ils mangent et d’où cela provient. Pour trois fois moins cher faudra-t-il faire une exception ? nous ne doute pas qu’avec les trois premiers magasins, Mere saura déterminer si son implantation vaut la peine en France très rapidement.