Qui se ressemble s’assemble ! Jean-Paul Belmondo n’a plus rien à prouver à son public ! C’est pourquoi, en exclusivité pour nos confrères de Télé-Loisirs, son petit-fils lui rend hommage en brisant le silence sur ses années difficiles. Qui aurait pu imaginer une chose pareille ? Personne et surtout pas ses fans ! Plus que jamais, Victor sait combien il mérite sa gratitude éternelle !

Jean-Paul Belmondo symbolise le charisme d’une époque révolue. Intemporel, indispensable, il a connu le pire avant de vivre le meilleur !

La carrière en dents de scie de Jean-Paul Belmondo

Il y a quelques semaines, Jean-Paul Belmondo soufflait ses quatre-vingt-huit bougies. C’est dingue de constater à quel point cet artiste fait partie de la légende du cinéma. Même quand nous prononçons son nom à l’étranger, les fans ont des étoiles dans les yeux. Et ça, son petit fils Victor en est bien conscient. En visite chez son incroyable papi, il ira même juste qu’à lui offrir un cadeau avec un nom mythique. Comme il le raconte dans les colonnes de Télé-Loisirs, cela a beaucoup amusé les deux complices. “J’avais vu des bières qui s’appellent Un singe en hiver, donc je lui en ai emporté une au repas !”

Tout vient à point…

Le petit-fils de Jean-Paul Belmondo a de qui tenir. En effet, depuis sa plus tendre enfance, il admire la carrière de son grand-père. Et ce n’est pas pour rien s’il s’est également lancé dans ce métier compliqué. Certes, aujourd’hui tout va bien mieux qu’à une certaine époque. Après quelques moments de remise en question, il finit par décrocher un premier rôle dans un film avec Sandrine Kiberlain. Si vous ne l’avez pas encore vu, nous vous propose de voir la bande-annonce. En plus, cerise sur le gâteau, les salles de cinéma rouvrent ces jours-là. Donc, vous pouvez découvrir l’immensité de son talent dans son nouveau projet, Envole-moi. Justement, avant de déployer les ailes, la route a été longue et semée d’embûches pour Victor.

Non, le tapis rouge ne se déroule pas dès qu’on porte le même nom de famille qu’un géant. Ça serait faux de dire ou de penser cela ! En tout cas, pour obtenir les faveurs de ses pairs ou du public, le jeune homme a dû sortir les rames. D’ailleurs, il ne compte pas le nombre de fois où on lui a fermé la porte au nez. Heureusement, tel un phénix, il y a toujours cru et s’est relevé. Jean-Paul Belmondo doit être si fier !

Plus motivé que jamais, le petit-fils de Jean-Paul Belmondo conf*sse”J’ai raté énormément de casting au début et je continue à en louper… ça fait déjà 10 ans que je m’accroche et que je bosse au maximum.” Conscient qu’il n’est pas le seul à souffrir de ce paradoxe, il va nous raconter que cela est arrivé aux plus grands…même à notre Bébel adoré !

…à quoi sait attendre !

Quelle émotion de revoir cette vidéo d’archive de Jean-Paul Belmondo. Même si elle est en noir et blanc, on reconnait bien son sourire et la forme de ses yeux si caractéristiques. Pourtant, cela va prendre un certain temps avant qu’un réalisateur lui donne sa chance.

Grâce au film A bout à de souffle, la notoriété arrive. D’ailleurs, le titre de ce film fait sourire Victor puisque son papi était totalement dans cet état. Comme lui aujourd’hui, cela faisait une décennie qu’il enchaînait les petits boulots et les castings dans l’espoir qu’on l’engage ! Plus qu’un engrenage, cela pourrait en démotiver plus d’elle ! Heureusement, le proche de Jean-Paul Belmondo s’accrochent et la suite on la connaît !

Des fois, la génétique fait bien les choses. En effet, l’héritier de Jean-Paul Belmondo pense avoir de nombreux points communs avec lui et notamment “cette capacité à s’accrocher, à ne rien lâcher” ! D’ailleurs, n’est-ce jamais satisfait que lorsqu’on obtient les choses par soi-même ? C’est le prix à payer pour réussir : de la sueur, des larmes, mais le jeu en vaut la chandelle !

La loi des séries ?

D’ailleurs, Victor sait qu’il a souhaité très vite l’imiter. Présent dès l’âge de onze ans sur un plateau de tournage, il s’est senti comme un poisson dans l’eau. Ce jeune acteur a pour projet de passer derrière la caméra, afin de connaître et maitriser les facettes du septième art. Car, oui, chez dans la famille de Jean-Paul Belmondo, on ne fait rien à moitié, et c’est tant mieux. Pourvu que ça dure !