On est en direct est le lieu où l’on peut parler de tout : son passé, son présent et même ses futurs projets. Pour cette comédienne, c’est le moment où jamais de dénoncer ce qu’elle a subi ! Les followers n’en reviennent toujours pas devant la cruauté de son harceleur !

Cette semaine, On est en direct récolte le témoignage glaçant d’une actrice emblématique. Ce qu’elle a vécu, on le souhaite à personne !

Ça balance pas mal dans On est en direct !

Depuis presque un an, Laurent Ruquier a remanié le principe de son émission hebdomadaire. Cette fois, il réalise l’interview en totale autonomie et n’a pas de chroniqueurs à ses côtés pour commenter l’actualité politique ou culturelle. Il y a peu de temps, sa spéciale sur les cent ans de la radio a failli tourner au désastre. Et pour cause, l’un des invités avait la Covid-19 sans le savoir. Heureusement que la plupart des autres convives s’étaient déjà fait vacciner. Quoiqu’il en soit, cette semaine, c’est Anne Parillaud qui ouvre le bal des confidences ! Le moins qu’nous puisse dire c’est que derrière son regard bleu azur se cache une femme tourmentée. Venue pour parler de son livre Les abusés, elle va surprendre plus d’un fan !

Ce film qui a tout changé

Tout d’abord, son livre parle largement de la tragédie de son enfance. Victime d’un père incestueux, elle mettra des années avant de refaire confiance à un homme. Du reste, toutes ses relations avec des artistes ont été à la fois fortes et destructrices. Heureusement, la naissance de ses trois trésors la console ! Celle qui a un César pour sa performance dans Nikita n’oubliera cependant jamais le tournage du film Terre Promise. Nous sommes alors au début des années 2000 et elle considère modestement qu’elle a encore à apprendre. Donc, lorsque ce réalisateur lui propose un rôle, elle accepte sans la moindre hésitation. Ce qui va se passer sur le plateau, elle le gravera à jamais dans sa mémoire ! nous fait tristement le point sur cette sombre affaire.

Quand aborde le cas Amos Gitaï, Anne Parillaud change de visage. On la découvre ambivalente. Dans le cinéma, c’est une légende. Ainsi, lorsqu’il propose une collaboration, elle estime qu’on peut difficilement refuser. Hélas, son comportement est contestable. Pour résumer, l’ex-femme de Luc Besson précise au présentateur d’On est en direct. “J’ai adoré Amos avant et même après, mais je l’ai détesté pendant.” Il faut dire que le sujet du scénario était lui-même lourd à mettre en images. Le milieu du proxénétisme était largement décrit dans tout ce qu’il possède en excès et en tragédies.

Un vrai paradoxe !

Face au présentateur d’On est en direct, elle ne mâche pas ses mots. “C’est un tyran. C’est quelqu’un qui est très difficile, qui vous humilie, qui vous met dans un état d’humiliation, d’emprise, lui aussi.” Habituée à faire des concessions pendant sa carrière, Anne Parillaud ne s’attendait vraiment pas à vivre une telle expérience. D’ailleurs, elle a un début d’explication à tout cela. “C’est quelqu’un qui témoigne et qui dénonce des drames et qui veut témoigner de son pays et qui en fait pendant qu’il tourne devient, lui, un monstre. C’est comme s’il transférait la monstruosité qu’il dénonce en lui. Et il l’incarne et, donc, il nous la fait vivre à tous” nous hallucine quand il découvre cette facette du réalisateur. Qui aurait pu croire qu’il agissait de cette manière avec ses acteurs ?

Presque vingt ans sont passés depuis le clap de fin du tournage. Or, contre toutes attentes, Anne Parillaud se relève de cette expérience. À l’adresse des téléspectateurs dépités d’On est direct, elle déclare. “Il me réengagerait, j’irais !” Certes, ce qui s’est passé sur ce tournage était éprouvant. Mais maintenant elle a “compris les clés, la mécanique, la façon dont il dirige“. Avec ça en poche, elle est certaine que leur collaboration ferait des merveilles du début à la fin du projet. L’ex de Jean-Michel Jarre s’y voit déjà “Du coup, je pourrais me partager et compléter en fait, plutôt que de me révolter ou d’être en confrontation.” Consciente de ses paradoxes, l’actrice nous confie avoir éprouvé un pl**s*r “douloureux, masochiste” !

Quelle histoire ! Si nous s’attendait à vous la narrer, il n’y aurait jamais cru ! Elle ressemble à un film…dans un film ! Ce qui est évident, c’est que cela ne nous empêchera pas d’admirer cette femme aux multiples facettes. Nous lui souhaitons donc encore plein de magnifiques opportunités dans sa carrière. Pour conclure sur une note plus positive, nous proposons de revoir ce condensé des meilleures scènes de Nikita ! On a-do-re !