Elizabeth II fait une nouvelle fois face à la mort. La reine d’Angleterre, récemment devenue veuve, se serait bien passée de ce nouveau deuil qui risque de la replonger dans le désarroi.

Elizabeth II recevait de nouveaux compagnons suite au décès de son mari, le Prince Philip. L’un de ses nouveaux chiens fétiches lui a été offert par son fils Andrew. Elle le prénommait Fergus. Mais comme l’annonce le magazine britannique The Sun, Fergus est mort. Il était âgé de seulement 5 mois. Son rôle était de tenter de combler le vide qui entoure Elizabeth II depuis le décès de son époux. Amoureuse des animaux, surtout des cheveux et des petits chiens de la race des Welsh Corgis, il était judicieux de lui offrir de la compagnie avec ces nouveaux chiots. Cependant, contre toute attente, c’est un nouveau deuil auquel la reine d’Angleterre doit faire face. nous vous explique tout.

Elizabeth II doit encore une fois s’accrocher face au destin

La reine d’Angleterre traverse de nombreuses périodes difficiles depuis quelques mois déjà. Et même plus encore si l’on compte le départ de son petit-fil, le prince Harry, de la famille royale britannique. En effet, depuis ce que les médias ont appelé le “Megxit”, pour faire référence au prénom de l’épouse du prince Harry, Meghan Markle, la reine ne semble pas avoir le temps de souffler. Suite à cette annonce qui fragilise la monarchie constitutionnelle de l’Angleterre, la pandémie s’est abattue sur la pays. Comme partout dans le monde, il a fallu faire des choix radicaux pour protéger la santé des populations aux dépens de l’économie.

Ensuite, c’est le prince Philip qui tombait malade. Hospitalisé une première fois d’abord pendant plusieurs jours, il parvient à se remettre tant bien que mal sur pieds. Durant son retour, nous ne le savions pas encore mais il préparait déjà ses obsèques. Sa seconde hospitalisation a tenu le monde entier en suspense. À l’aube de ses 100 ans, il décédera, laissant la reine Elizabeth II veuve et un pays orphelin. Et pendant cette seconde hospitalisation, Meghan et le prince Harry font une nouvelle fois parler d’eux. Cette fois, ils accordent une interview exclusive à Oprah Winfrey. Il devient alors viral que la couronne britannique serait raciste ! Et même si le petit-fils d’Elizabeth II fait tout pour ne pas impliquer sa grand-mère dans cette affaire, les répercussions sont terribles.

Dans les médias, tous sont unanimes, si Elizabeth II vacille, elle ne va pas se résigner pour autant. Elle régnera jusqu’à la fin de sa vie malgré les douleurs, les épreuves et le reste. En effet, elle jouit d’une santé de fer. Et depuis le décès du Prince Philip, il est convenu avec les membres de la famille royale qu’elle ne se délacera plus seule lors de ses événements officiels. Son fils aîné, le prince Charles, l’héritier du trône d’Angleterre, sera le plus souvent à ses côtés. Mais d’autres comme le prince William ou son épouse, Kate Middleton, pourront aussi intervenir en cas de besoin.

Des animaux fidèles, des compagnons de vie

En plus de sa famille proche, même si Harry n’était même pas présent pour son 95ème anniversaire, Elizabeth II peut aussi compter sur ses animaux de compagnie. Depuis 1933, année de l’arrivée de Dookie, le premier Corgi possédé par sa famille, Elizabeth II est prise d’une vive passion pour ces chiens. Ils sont toujours nombreux autour d’elle. Mais les chiens ne vivent que très rarement plus d’une quinzaine d’années. Elle a donc eu l’occasion d’en adopter plusieurs depuis son qu’elle règne sur l’Angleterre. Les médias en compte plus de 30 !

La famille d’Elizabeth II ainsi que ses proches conseillers ont certainement été alerté par les décès de ses plus vieux compagnons. Alors, lorsque le prince Philip s’est retrouvé à l’hôpital pour une seconde fois, elle a donc reçu deux chiens en cadeau. Elle prendra soin de les appeler Fergus et Muick. Fergus comme l’un de ses oncles et Muick comme le Loch du même nom, l’un des endroits favoris d’Elizabeth II.

Cependant, Fergus, offert par le prince Andrew, est décédé. C’est donc un nouveau deuil qui frappe la reine d’Angleterre. Et bien qu’il s’agisse d’un animal de compagnie, sa peine sera certainement très grande. De quoi la replonger dans la douleur de la perte de tant d’autres compagnons à quatre pattes au cours de sa vie. Et bien évidement, de la peine infinie d’avoir perdu son époux, son meilleur ami, le père de ses enfants et son plus fidèle serviteur, le pince Philip.