Après l’affaire PPDA, la chaîne CNews est une nouvelle fois touchée par un scandale. Découvrez la réponse du Groupe Canal Plus.

Eric Zemmour: Le 30 avril 2021, plusieurs femmes ont livré des témoignages d’agression se*uelles sur le site d’information Mediapart. Toutes accusent Eric Zemmour de “baisers forcés », de « gestes » et de ‘propos à connotation se*uelle” depuis des années. Ce n’est pas la première fois qu’une personne travaillant pour CNews se retrouve au cœur d’un tel scandale. Il y a quelques semaines, c’est l’ancien présentateur de TF1 qui était sur la sellette.

Le 18 février dernier, les journalistes du Parisien ont révélé une nouvelle information à propos de PPDA. Régulièrement à l’écran sur CNEWS en tant que chroniqueur, le présentateur de 73 ans n’a plus été vu de ses collègues depuis le 16 février dernier. En plein scandale, le présentateur de 73 ans se cachait-t-il ? Sa disparition a en tous cas posé de nombreuses questions.

Eric Zemmour: Remplacé au pied levé par Patrice Arditti

Sa disparition a eu lieu le 16 février. Les téléspectateurs attendaient en effet PPDA sur le plateau de La Belle Equipe de Clélie Mathias. CNEWS diffuse cette émission chaque mardi et vendredi de 14h à 15h30. Mais en lieu et place de l’ancien présentateur du JT de TF1, le public de CNEWS a découvert Patrice Arditti, qui le remplaçait au pied levé.

Pour rappel, Florence Porcel a porté plainte contre l’ancien compagnon de Claire Chazal. Les autorités judiciaires ont ouvert une enquête préliminaire. L’écrivaine accuse le journaliste d’un rapport non consenti en 2004 dans son bureau puis d’une autre relation en 2009 au siège de la société de production A Prime Group.

Florence Porcel évoque ces faits dans son livre Pandorini, publié le 6 janvier aux éditions JC Lattès. Patrick Poivre d’Arvor pour sa part nie en bloc les faits. Il dit vouloir contre-attaquer en justice pour dénonciation calomnieuse.

Eric Zemmour: “Il n’y a pas d’explication !“

Nos confrères du Parisien ont voulu en savoir plus. Ils sont partis enquêter du côté de CNEWS. Quand ils ont demandé pourquoi Patrick Poivre d’Arvor avait disparu de l’antenne, la première réponse qu’il ont obtenue était la suivante : “Il n’y a pas d’explication !“. En effet, la direction explique que le principal intéressé n’a plus de contrat depuis le 31 décembre 2020.

Par ailleurs, l’émission littéraire Vive les livres n’a pas été reconduite. Elle s’est donc arrêtée mi-janvier. PPDA travaille donc pour CNEWS en tant qu’intervenant : la chaîne le rémunère au nombre de passage qu’il fait sur les plateaux. Clélie Mathias et son entourage entonnent ainsi le même son de cloche : personne n’a d’explication à fournir sur l’absence soudaine de PPDA.

« On ne sait même pas s’il est prévu qu’il revienne“

D’après nos confrères du Parisien, cette disparition serait le choix de PPDA. “Il s’est lui-même retiré de l’antenne pour s’occuper exclusivement de sa défense. C’est plutôt logique, ces accusations sont graves“, a en effet indiqué un proche de la chaîne. “Il avait trouvé sa place dans l’équipe et prenait du plaisir à l’exercice, mais c’est compliqué pour lui de parler de la crise sanitaire et du reste de l’actualité depuis la plainte qui le vise. On ne sait même pas s’il est prévu qu’il revienne“, a ainsi confié une autre personne.

“Il se cache. Il n’a surtout pas envie de se montrer en public.“

Un salarié a même confié : “Il se cache. Il n’a surtout pas envie de se montrer en public.” Marc Menant, qui se trouve souvent à ses côtés pendant les débats, ne préfère pas faire de commentaire : “Ça ne m’intéresse pas. Je ne fais pas les poubelles.” Quant au principal intéressé, il n’a pas donné suite aux demandes d’interviews du Parisien.

“On part sans doute sur une enquête longue. »

La Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne s’occupe de l’enquête prélininaire. Jean-Michel Décugis, journaliste du service Police-Justice du Parisien qui a révélé ce dossier, tient à rappeler que l’enquête va être longue. “On part sans doute sur une enquête longue. D’abord, il va falloir entendre – et ce sera sans doute assez rapide – la victime présumée, a-t-il ainsi révélé dans le podcast du Parisien intitulé Code Source.

« Est-ce qu’il y a des traces ? »

Jean-Michel Décugis a ensuite énuméré dans le détail les différentes étapes qui allaient se dérouler. “Une fois qu’on a entendu la victime, il va y avoir une enquête classique, a-t-il décrit. On va faire l’environnement de cette jeune femme à l’époque des faits, on va essayer de voir si elle a parlé de ces agressions à des proches. Est-ce qu’il y a des traces ? Est-ce qu’elle est réellement allée dans le bureau de Patrick Poivre d’Arvor ? », a-t-il en effet indiqué.

Et de poursuivre : « On va vérifier tout un tas d’éléments qu’elle donne. Ensuite les enquêteurs vont essayer de voir s’il n’y a pas d’autres témoignages, d’autres victimes présumées de Patrick Poivre d’Arvoir. Et Patrick Poivre d’Arvor à un moment donné sera auditionné. On part sur une enquête longue qui risque de prendre des mois et des années.”, a-t-il enfin précisé. L’affaire Patrick Poivre d’Arvor va nous occuper encore pour un certain temps ! Mais nous vous tiendra informé des avancées de l’enquête. Patrick Poivre d’Arvor reste présumé innocent des faits reprochés jusqu’au jugement définitif de cette affaire.

Quant à l’affaire Eric Zemmour, les patrons de CNews veulent aujourd’hui soutenir leur polémiste. Le groupe Canal + a fait savoir lundi 3 mai dans un communiqué à l’AFP qu’il maintenait à l’antenne le principal intéressé. Jusqu’à une plainte officielle au commissariat de police ? Affaire à suivre…