Charlotte se confiait sur sa relation avec son père, Serge Gainsbourg. Ses révélations très poignantes sur ce qu’elle devait faire et qui la gênait terriblement …

Trois décennies déjà que Serge Gainsbourg tirait sa dernière révérence. Le dandy à la parole haute et au geste fort aura ainsi brûlé la vie par les deux bouts jusqu’à son dernier souffle. Une existence faite de moments de génie entremêlés d’une tristesse profonde généralement soutenu par la bouteille. Lors de sa disparition, il laisse néanmoins derrière lui une foule de fans inconsolables et une famille en pleurs. Parmi les plus tristes, sa fille Charlotte Gainsbourg. Récemment, la comédienne se souvenait de cette époque avec une certaine tendresse, mais également en se remémorant les moments difficiles traversés au côté de son paternel. Notamment lorsque sur les tournages, il lui en faisait voir de toutes les couleurs. nous revient donc pour vous sur cette complicité parfois difficile à gérer.

Serge Gainsbourg : Charlotte pour toujours

La présence d’un père hors normes

Dès son plus jeune âge, Charlotte Gainsbourg se rend effectivement compte que son papa n’est pas un homme comme les autres. Bien sûr, il y a son immense notoriété et les talents que la vie lui a donné. Mais il y a également la tristesse dans ses yeux. Incapable d’affronter les éléments et parfois les gens, Serge Gainsbourg a besoin d’une béquille. Ce qui lui permettra de tenir durant toutes ces années, ce sont les bars et la bouteille. Rares sont les occasions, où l’artiste apparaissait sobre. Quelques grands moments de télévision sont encore les témoins privilégiés de ses excès et de ses débordements. Si les animateurs voyaient en lui un invité d’exception, certains redoutaient néanmoins la manière dont il allait se comporter sur le plateau. Même en spectacle, il pouvait parfois être imprévisible.

Des traits de sa personnalité qui faisaient de lui un être différent. Serge Gainsbourg était malheureux et ça se voyait. Néanmoins, il était également capable de délivrer beaucoup d’amour et de tendresse. Notamment à ses proches qui se souviennent de sa générosité tout comme de son émotivité.. Parmi les témoins privilégiés, il y a bien évidemment Charlotte Gainsbourg. Même si elle était très jeune à l’époque, elle se rappelle de chaque instant, de chaque moment passé aux côtés de son père. Notamment lors du tournage d’un film qui reste encore gravé au plus profond de sa mémoire. nous vous explique pourquoi.

Un rôle de garde-fou

Pour les besoins du tournage de Charlotte Forever, Serge Gainsbourg et sa fille Charlotte vivent côte à côte durant de longues semaines. Si du côté artistique tout semble se dérouler pour le mieux, l’adolescente doit néanmoins faire face un père souvent pris dans les brumes de la boisson. À seulement 15 ans, il paraît ainsi difficile de devoir gérer une telle situation. Elle aura ainsi assumé un rôle de gendarme en empêchant parfois son père de dépasser les limites. Récemment, la compagne d’Yvan Attal se souvenait.

” Nous avons vécu ensemble tout au long du tournage. C’était compliqué. J’aime mon père plus que tout, mais j’ai eu tellement de mal à me faire une vie. Il était saoul en permanence. C’est éprouvant à vivre pour une enfant. En public, c’était difficile. Je me transformais en flic sur le tournage. Je guettais les écarts “. Mais malheureusement, Serge Gainsbourg paraissait loin de se rendre compte du mal qu’il infligeait à la petite Charlotte. Même si bien sûr, elle reconnaît être très attachée à son père, il lui a parfois obligé à faire des choses qu’elle n’aurait pas souhaité. nous qu’on vous explique lesquelles.

Toujours un pas trop loin

Dans ses pires moments, Serge Gainsbourg n’avait peut-être plus conscience de la réalité des choses. Une sensation que Charlotte a effectivement ressentie. ” Il me faisait aller trop loin, faire des choses qui me gênaient. C’était difficile. Je faisais la tête sur les couvertures de journaux, je ne voulais faire aucun effort, c’était ma manière de me préserver “. Presque trente ans plus tard, la fille de Jane Birkin et de l’homme à la tête de chou garde ainsi les images précises de ces moments.
Il lui aura ainsi fallu des années pour surmonter ses angoisses et peut être quelque part pardonner à celui qui visiblement aura réussi à la déstabiliser alors qu’elle était encore une jeune adolescente.

Mais en réalité, il ne serait même pas question de pardon … Car Charlotte Gainsbourg paraît avoir beaucoup de mal à en vouloir à son paterne. Elle l’aimait, et aimera toujours. Tout comme le public qui a souvent été partagé lors de ses excès. Mais qui au bout du compte lui a toujours témoigné une véritable fidélité en faisant de lui l’une des icônes de la musique française. Un génie qui comme tous les êtres hors norme avait deux côtés opposés qui n’en faisait qu’un. Comme il aimait le dire lui-même. Serge Gainsbourg, c’était Gainsbourg, l’artiste rempli d’amour… Mais aussi Gainsbar, le pilier de bar.