Marie-France Pisier avançait heurtée par un traumatisme, l’affaire Duhamel a peut-être été celui de trop ?

Marie-France Pisier était une actrice, une scénariste et une réalisatrice incontournable. Autant pour les fans de cinéma d’auteur que pour les fans de cinéma plus populaire ou de sériées télévisées, elle était une personnalité emblématique. Sa sœur n’est autre qu’Evelyne Pisier, la défunte épouse d’Olivier Duhamel. Ce dernier a été mis en accusation par le livre de Camille Kouchner, sa belle-fille, pour avoir abusé de “Victor”, son beau-fils. Marie-France Pisier était très proche de sa sœur. Mais quand elle a appris de sa bouche ce qu’avait fait Olivier Duhamel et qu’elle décidait de le protéger, l’actrice ne pouvait pas le lui pardonner. nous vous dévoile tous les détails de cette affaire. Elles se sont quittées fâchées, Maire-France Pisier mourrait le 24 avril 2011 et Evelyne disparaissait, quant à elle, en février 2017.

Marie-France Pisier a une carrière fabuleuse mais une vie personnelle rythmée de tragédie

Marie-France Pisier n’en était effectivement pas à son premier drame familial quand elle apprenait les abus d’Olivier Duhamel sur son neveu. En effet, elle a perdu ses deux parents à deux ans d’intervalles, tous les deux se sont donnés la mort. Son père Georges Pisier, mettait fin à ses jours en mars 1986. Il était un haut fonctionnaire français, divorcé de Paula et remarié depuis. C’est en 1956 que les parents de Marie-France Pisier divorcent. La mère de l’actrice se donne elle aussi la mort, deux ans après le décès du papa. Le plus difficile peut-être c’est que ce sont ses enfants qui ont découvert le coprs. Marie-France et Evelyne deviendront d’autant plus inséparables à la suite de se drame. Mais elles ont eu deux manières de faire leurs deuils.

Marie-France a fait en sorte de transcender sa peine et sa douleur dans l’art. Actrice déjà, elle devient également réalisatrice en 1971. L’histoire du suicide de sa mère, elle ira jusque’à l’incarner au cinéma. Tandis que sa sœur, l’épouse d’Olivier Duhamel, va doucement se noyer dans l’alcool pour étouffer sa détresse. L’alcool fut d’ailleurs la première excuse pour que l’affaire Olivier Duhamel ne s’ébruite pas. En effet, il était de bon ton de ne pas brusquer une femme qui avait le sentiment d’avoir déjà tout perdu. nous ne vous l’apprend pas, Camille Kouchner attendra donc le décès de sa mère, en 2017, pour commencer l’écriture de son roman, avec l’autorisation de son frère jumeau. Suite à la publication du livre, “Victor” décide de porter plainte. Olivier Duhamel aura donc mis 30 ans à reconnaître les faits.

Une dispute qui lui a fait baisser les bras ?

Marie-France Pisier aurait tout tenté pour faire entendre raison à sa sœur. Evelyne souhaitait protéger son mari et Marie-France insistait pour qu’elle choisisse plutôt de protéger ses enfants. Dans son livre La Grande Familia, Camille Kouchner évoque aussi la mort de sa tante. Selon elle, c’est ce drame qui a touché sa famille qui l’a tuée. En effet, elle ne pouvait pas supporter d’être impuissante face à la détresse des siens. Aussi, elle serait retombée malade (son cancer revenait) peu de temps après. La thèse d’un suicide est évoquée pour justifier les circonstances étranges de son décès. Car l’actrice est retrouvée au fond de sa piscine, une lourde chaine en fer forgé coinçant sa tête et ses épaules. Elle portait aussi des bottes en caoutchouc.

Mais sa nièce est formelle, Marie-France Pisier n’aurait jamais voulu se suicider. Pourtant, lors de l’autopsie, l’on découvrait que son cancer devenait trop prégnant, une ablation mammaire était devenue inévitable. Un autre détail qui incite à la thèse du suicide est qu’elle décède au même âge que sa mère. De plus, la mère des sœurs Pisier était elle aussi atteinte par ce même cancer.

Divers interview de Marie-France Pisier corroborent l’idée qu’elle n’aurait jamais voulu mettre fin à ses jours. Traumatisée par les suicides de ses deux parents, elle en évoquait la douleur, la culpabilité et le caractère ravageur de cette expérience. nous vous rappelle encore que quand elle décidait de faire face à son passé à travers son film Comme un avion, en 2002, c’était pour ne plus regarder en arrière ensuite. Une catharsis en quelque sorte. Mais en 2008, elle apprenait donc ce qui se passait sous le toit de sa propre sœur. Féministe engagée et concernée par la protection des enfants, elle ne pouvait pas considérer qu’Evelyne souhaite fermer les yeux.