Pour Bernard Tapie et son épouse, leur agression et cambriolage est traumatisante. Trouver le moyen d’y donner du sens est sans doutes vital.

Bernard Tapie s’est entretenu avec les journalistes du Point ce 21 avril dernier. Dans son interview, il tient des propos étonnants. Des propos qui supposent que le drame qui l’a frappé n’était pas le fruit du hasard. En effet, il pense à son prochain combat, celui qui doit se dérouler face à la justice. Et il est donc certain qu’il a de bonnes raisons de se battre. Son agression survenait pendant le week-end de Pâques, ainsi, il veut croire que le 10 mai prochain, ce sera sa résurrection. nous en convient, cela semble tiré par les cheveux. Mais nous résumons ici simplement ses propos, découvrez-les plus en détails dans la suite de cet article.

Bernard Tapie ne veut pas croire au hasard, cela fait trop de coïncidences

Bernard Tapie et son épouse, Dominique sont les victimes d’une terrible agression dans leur maison secondaire. Ils étaient en train de dormir quand les cambrioleurs ont pénétré dans le domicile. Ils les ont réveillé brutalement et les ont attaché pour qu’ils ne leur opposent pas de résistance. Ensuite, les agresseurs les ont frappé et insulté. L’épouse de Bernard Tapie a été trainée par les cheveux dans toutes les pièces de la maison.

Le but des cambrioleurs était de mettre la main sur un coffre fort mais il n’en existait pas. nous vous rappelle que c’est près d’une heure complète de violences atroces qui ont été le lot de ce couple. Bernard Tapie est une personnalité publique et ses cancers ne sont un secret pour personne. Âgé de plus de 70 ans et malade, tout le monde estime que ses agresseurs n’ont pas eu une once de respect que de s’en prendre à lui et à sa femme.

Essayant les coups, les menaces, tentant de tenir bon malgré la terreur, Dominique Tapie a réussi à se défaire de ses liens et à courir chez une voisine appeler du secours. À l’arrivée des pompiers et des forces de l’ordre, Bernard Tapie et sa femme sont encore sous le choc. Le choc de ce qu’ils viennent de vivre, aussi bien que celui d’être encore en vie. Traumatisés par cette expérience, ils se disent pourtant soulagés de pouvoir en parler et d’être entendus. En effet, leurs pensées vont immédiatement à toutes les victimes de ce genre d’intrusion qui n’ont que le silence et la solitude comme compagnie par la suite.

Pour continuer à donner du sens à la tragédie, Bernard Tapie s’estime aussi heureux que sa famille n’ait pas été confrontée à cela. En effet son fils, Laurent, son épouse et leurs deux enfants devaient dormir dans cette maison, avec eux, le soir du drame. C’est au dernier moment que les plans changent. C’est pour l’homme d’affaire encore un signe. Mais surtout, le fait qu’il ait été victime de cette agression pendant le week-end de Pâques prend tout son sens pour lui. Il va alors déclarer dans les colonnes du Point : “C’est un signe. Ce sont les clous de ma croix. Et je veux croire que, le 10 mai, ce sera ma résurrection.”

Une date clé dans la suite du destin de l’home d’affaire

Le 10 mai prochain c’est la date de la reprise de son procès en appel. Un procès à son encontre émanant de la fameuse affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais. La peine encourue pour Bernard Tapie est de 5 ans de prison ferme. Il est accusé d’escroquerie et de détournement de fonds publics. Suite à la violence de ce qu’il vivait dernièrement et en continuant son combat contre les cancers, Bernard Tapie puise de la force et de l’espoir dans les pires drames. nous ne saurait le nier, c’est ce que l’on appelle une force de la nature. Résilient et combatif, il ne compte pas baisser les bras. Rien ne pourra en effet faire rompre cet homme, ni la maladie, ni les coups, ni la haine.

Alors que l’année dernière, en décembre, il se savait allant de mal en pis, jamais Bernard Tapie n’envisage de rendre son tablier. Pour ses proches et ses fans, il est un modèle de persévérance. Ceux qui le connaissent bien savent qu’il ne perd pas la tête en imaginait le 10 mai comme le jour de “sa résurrection”. Il s’agit plutôt d’une image, d’une manière de se donner du courage. De croire que des forces extérieures sont à l’œuvre plutôt que de se laisser dériver, conscient que l’on ne peut pas tout maîtriser de son destin. Loin d’être fataliste, Bernard Tapie prouve qu’il a encore de la réserve et que rien ne pourra lui faire lâcher le morceau.