Depuis que la polémique autour des diners clandestins est née, Sophie Davant faisait tout pour esquiver le sujet. En effet, son ami Pierre-Jean Chalençon accumule les couacs. Or, trop c’est trop. Elle va enfin nous dire ce qu’elle en pense !

Sophie Davant a essayé de ne pas prendre parti. Or, c’est vraiment impossible. Pierre-Jean Chalençon a été trop loin. On fait le point !

Sophie Davant obligée d’intervenir

Depuis sa première diffusion en 2017, Affaire conclue est devenue mythique. Pour l’anecdote, nous tient à vous préciser que ce n’était pas Sophie Davant qui devait être aux commandes. À l’origine, France Télévisions avait plutôt Stéphane Bern en tête. Fort heureusement, ce dernier a refusé catégoriquement le projet. Tout naturellement, la présentatrice nous en décrit le concept. On comprend vite qu’elle possède plusieurs objectifs “C’est une émission de divertissement, mais dans laquelle on apprend des choses. Donc qui répond à la mission de service public. Et en plus on déculpabilise les téléspectateurs de regarder la télé !”

Une première mise en garde

Parmi le florilège d’experts qui ont accepté de siéger à la salle des ventes, il y a Pierre-Jean Chalençon. Dès lors, on découvre que la personnalité de ce dernier est extravagante. Certes, il parait un peu fou-fou. Pourtant, ses connaissances de l’époque napoléonienne font de lui un spécialiste largement apprécié par les téléspectateurs. Hélas, à l’été 2020, une série de clichés apparait sur les réseaux sociaux. On le découvre aux côtés de personnalités beaucoup moins respectables. Même s’il essaie de se justifier, le mal est fait. Son argument “J’ai accepté sans réfléchir car nous étions dans une ambiance festive” ne passe pas auprès de la direction !

Décision est prise à ce qu’il ne revienne jamais plus sur le plateau d’Affaire conclue. Dès la rentrée, la production essaie d’effacer les souvenirs et de recruter des nouvelles têtes. Est-ce que la pilule passe auprès des téléspectateurs ? Pas si sûr. En coulisses, Sophie Davant nous confie son désarroi. Depitée par la polémique, elle raconte qu’elle avait déjà essayé de le mettre en garde contre ses propres dém*ns “c’est quelqu’un que j’aime beaucoup, Pierre-Jean. En fait, il a un côté spontané, proche de l’enfance. Du coup, je lui disais toujours : “Attention, attention“. Parce que lorsqu’on s’adresse à 2 millions de téléspectateurs, on a une vraie responsabilité” Hélas, il ne semble pas du tout l’avoir écouté. Pire, hermétique aux critiques, il ne se remet pas en question et va remettre ça quelques mois plus tard !

L’affaire de trop ?

L’année 2021 ressemble beaucoup à la précédente. En effet, le contexte sanitaire nous oblige à nous priver de nos proches encore quelque temps. En tout cas, pour Pierre-Jean Chalençon, il est impossible de suivre les règles instaurées par le gouvernement. Il aime trop être dans la lumière et se soucie peu des conséquences de ses actes. Grâce à un reportage en caméra-cachée réalisé par nos confrères de M6, on découvre que son Palais Vivienne a servi de cadre à des diners clandestins. C’est une polémique qui prend des allures de feuilleton. Au début, il nie les faits. Ensuite, il qualifie ça de “poisson d’avril” puis il se décharge de toutes responsabilités. Outrée, Sophie Davant mettra du temps avant de se calmer et de réagir !

Quant à son chef, c’est simple. Même lui ne veut jamais entendre parler de Pierre-Jean Chaleçon. Le coeur brisé, il emploiera ses termes qui résument bien son état d’esprit “Je lui dis, je l’appelle, je lui dis “Ferme ta g****e. Tu fais quoi là ?” Mais c’est fait, c’est trop tard” Ça ne vous rappelle rien ? Et oui cher lecteur d’nous, même si elle était moins dure, Sophie Davant a déjà testé la méthode douce et ça n’a pas fonctionné. Qu’est ce qui pourra l’arrêter aujourd’hui ?

D’ailleurs, cette dernière va finir par sortir de son silence. Cette fois, pas question de prendre des pincettes puisqu’elle déclare que Pierre-Jean Chalençon savait où il mettait les pieds “On ne peut pas faire et dire n’importe quoi. Il ne m’a jamais écoutée. C’est aussi simple que ça. Il n’en fait qu’à sa tête. Je trouve que c’est dommage. C’est du gâchis.” Elle déplore son attitude puisqu’elle sait qu’il a encore plein de choses à nous montrer. Il en a les capacités intellectuelles. Malheureusement, personne n’arrive à canaliser ses moments où il dérape. Pire, plus ça va, plus ses amis lui tournent le dos et baissent les bras. “C’est quelqu’un qui aurait pu tellement apporter par ses connaissances et sa folie s’il avait su se gérer. Et là, hélas, je suis triste parce que je trouve qu’il s’enfonce dans des excès qu’il pourrait éviter” Et vous, qu’en pensez-vous ?