Gilles Lellouche joue dans le prochain Astérix réalisé par Guillaume Canet. Découvrez vite pourquoi l’acteur en bave autant !

Guillaume Canet sera aux manettes du prochain Astérix et Obélix : L’Empire du Milieu. Il officiera à la fois en tant que réalisateur et acteur puisque c’est lui qui incarnera Astérix. Au casting, on retrouvera également Marion Cotillard en Cléopâtre et Angèle en Falbala. Quant à Obélix, ce sera Gilles Lellouche. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce dernier passe un très mauvais moment pour préparer ce rôle. Il en veut au réalisateur. Pourtant, lui aussi est déjà passer derrière la caméra. Et il a déjà lui-même exigé beaucoup de ses propres acteurs.

“J’y ai mis beaucoup de temps et beaucoup de cœur.”

A 46 ans, Gilles Lellouche réalisait en effet le film Le Grand bain qui a connu un immense succès en salle. Ce film, il l’a préparé pendant 5 ans. “J’y ai mis beaucoup de temps et beaucoup de cœur (…). J’ai eu un besoin très fort de m’exprimer, de faire quelque chose qui pouvait enfin me ressembler.“, confiait-il ainsi à Isabelle Morizet sur Europe 1 en 2018. “Il y a une espèce de frustration à servir les mots des autres, de ne pas exprimer mon goût, mes choix, ma vision du monde.”

“le film que je voulais faire”

“Ça peut m’arriver mais c’est extrêmement rare, comme il est très rare de passer une extraordinaire bonne soirée, de goûter un extraordinaire vin ou de faire l’amour extraordinairement bien. Ce sont des choses qui sont rares. Et je ne recherche que ça, parce que sinon on est dans le banal et le banal n’a rien à voir avec l’art.” Le grand bain est “le film que je voulais faire”, résume-t-il ainsi.

Pour que les acteurs soient crédibles dans leurs rôles, le cinéaste a vu grand. Il a fait appel à Julie Fabre, coach de l’équipe de France. Mais cette dernière n’a pas cru en son projet quand elle a vu les acteurs dans la piscine. “Elle s’est retournée vers moi et m’a dit ‘On ne va pas y arriver. On part de trop loin, on n’arrivera jamais à faire ce que tu veux“, a-t-il confié sur les ondes d’Europe 1. Alors il n’a pas hésité à organiser deux entraînements par semaine sur sept mois pour mettre les comédiens à niveau.

Seul hic, Benoît Poelvoorde habitait loin, à Namur en Belgique, à 300 km des entraînements. Mais le réalisateur a eu une chance inouïe puisque la sœur de Julie Fabre qui travaille elle aussi en tant qu’entraîneur réside juste à côté de l’acteur ! “Il y avait une chance sur un milliard que cette femme vive à 10 km de ce gros Belge feignant !”, plaisante ainsi Gilles Lellouche.

“Ça aurait été beaucoup trop égocentrique.”

“Benoît Poelvoorde est le garçon le plus génial que j’aie rencontré de ma vie. C’est un homme qui vous électrise tellement il a du talent. Passer un moment avec lui vous oblige à sortir de votre torpeur. Vous êtes obligé d’être beaucoup plus brillant que ce que la vie vous demande en général”,explique ainsi Gilles Lellouche qui a songé un moment joué aussi dans son propre film. “Je n’aurais pas pu faire l’un et l’autre et je trouve que ça n’aurait pas été le même film. Ça aurait été beaucoup trop égocentrique.”

C’est en tous cas le choix de son ami Guillaume Canet ! Il aura fallu deux ans d’écriture et de préparation. “Nous démarrons enfin le tournage. Ce n’est pas évident de tourner un film pareil avec toutes ces contraintes sanitaires, mais nous avons beaucoup de chance de pouvoir tourner enfin. Nous allons faire de notre mieux pour faire un film super ! 4 mois de tournage ! Un immense merci pour vos messages et encouragements !”, a déclaré ce dernier.

“C’est épouvantable”

Quant à Gilles Lellouche, il a préparé son rôle pour coller à son personnage d’Obélix. Philippe Lellouche a récemment témoigné au micro d’Europe 1 du désespoir de son frère. En effet, ce dernier a toujours eu une terrible phobie de prendre du poids. “Il m’a appelé en me disant ‘C’est épouvantable, j’ai envie de chialer tous les jours’ (…)”Il prend vingt kilos pour jouer Obélix. Mais il fait de la muscu deux heures par jour, parce qu’il faut qu’il soit gros mais musclé. Il me dit ‘Quand j’entends le coach sonner à la porte, j’ai envie de chialer’ et il me dit tous les jours ‘J’en peux plus.’” Il est vrai que Gérard Depardieu n’avait pas le même problème que lui !