Sylvie Vartan fascine depuis de nombreuses années. La mère de David Hallyday est une artiste comme il n’en existe que très peu. Découvrons ses villas magnifiques.

Sylvie Vartan aura 76 ans cette année. C’est une chanteuse française et d’origine bulgare qui a eu une carrière florissante. En effet, elle compte pas moins de soixante-cinq albums et 1 500 chansons à son actif. Sylvie Vartan vend quelque quarante millions de disques au cours de sa carrière. Aussi connue pour sa beauté que pour son talent, elle fera pas moins de 2 000 couvertures de magazines. Plus que Brigitte Bardot ou que Catherine Deneuve notamment. Elle est une artiste appréciée et aimée du public. Et encore aujourd’hui, tout le monde la connaît et s’intéresse à ses actualités. C’est l’occasion d’en savoir plus sur les villas de la chanteuse.

Sylvie Vartan mène la grande vie grâce à son succès

Le public était littéralement fou d’elle. Alors quand elle s’est mise en couple avec Johnny Hallyday, ils sont devenus l’un des couples les plus populaires de la scène musicale française. En effet, ils ont collaborés à mainte reprises. Mais le public s’intéressait également aux frasques de leur couple. Car Sylvie Vartan et Johnny Hallyday vivaient comme sur des montages russes. Des hauts et des bas ponctuaient leurs quotidien et les gros titres des magazines. Pendant plus de 18 ans, ils étaient à la fois inséparables et au bord de la rupture. C’est en 1965 qu’ils se marient tous les deux. En 1966, David naît de leur union. Mais le couple divorce finalement en 1980.

Quatre ans plus tard, la mère de David Hallyday se remarie. Elle épouse Tony Scotti à Los Angeles, un producteur américain. Ensemble, ils adoptent une petite fille née en 1997 en Bulgarie, prénommée Darina. Lors de son divorce avec la légende du rock français, leur villa de Montmorency, à Paris, est sur la sellette. Plutôt que d’accepter que Johnny Hallyday lui cède sa part de la maison, elle demande à ce que ce soit David Hallyday qui en bénéficie. Sylvie Vartan lui cédera sa part également. Mais cela prendre huit ans pour qu’il puisse enfin en profiter.

Cette villa est un véritable bijou. 400m² habitable sur 600m² de terrain. Le tout dans le 16ème arrondissement de Paris, la capitale de la France, dans le quartier d’Auteuil. La villa a également été évoquée lors de la succession de Johnny Hallyday. Sylvie Vartan avait alors précisé que Johnny Hallyday n’avait pas été à l’origine de ce don pour son fils aîné. C’était elle qui avait invité pour cela durant leur divorce. En effet, il apparaissait que si le rockeur avait voulu déshérité ses premiers enfants, David Hallyday et Laura Smet, c’était parce qu’il leur avait déjà fait des dons de son vivant. De quoi remettre les choses en perspective.

Pendant les disputes autour de la succession de son ex-mari, Sylvie Vartan a loué une sublime villa au Portugal. Elle a voulu permettre aux siens de se retrouver en famille, loin du tumulte médiatique qui suivait alors la mort de Johnny Hallyday.

Des événements qui ravivent des souvenirs poignants

Sylvie Vartan apprécie pouvoir prendre le temps dans des villas très agréables à vivre. Depuis de longues années elle connaît le succès et la grande vie. Mais elle n’oublie pas non plus d’où elle vient et les événements qui ont pavé sa route. Son couple avec Johnny Hallyday était volcanique selon elle. Malgré tout ce qu’il a pu se passer entre eux, elle n’a jamais voulu désaimer celui qui était le père de son enfant.

Sylvie Vartan vit à Los Angeles avec son mari mais ne se prive pas de voyages. La crise sanitaire vient s’en mêler mais autrement, c’est souvent qu’elle se rend à Paris. David Hallyday peut ainsi retrouver sa mère et passer du temps avec elle. La famille est très importante pour la chanteuse. Aussi, elle n’a jamais voulu laisser son ex-mari de côté. Pendant qu’ils divorçaient, le chanteur rendait très souvent visite à Sylvie Vartan et à son nouveau mari. Pas de rancœurs qui tiennent entre ces deux-là. C’est aussi pour cette raison que la fin de Johnny Hallyday a été très difficile pour la chanteuse. Souvenez-vous, elle refusait d’assister à sa mise en terre. De plus, elle ne comprenait pas le choix qu’il avait fait de se faire enterrer à Saint-Barth. a